Lesbos, camp des Saints, par Etienne Defay

La guerre des images a commencé. Samedi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé l’Europe d’une nouvelle vague migratoire. En moins d’une journée, près de 10 000 migrants ont alors été bloqués à la frontière grecque. Parmi eux, Syriens, Afghans et Irakiens ont été rejoints par environ 2 000 migrants supplémentaires. Alors que l’armée et la police parviennent à contenir l’afflux à proximité de Pazarkule, la population de l’île Lesbos fait rempart seule.

Sur son blog, l’historien et ethnologue Panagiotis Grigoriou décrit la situation de « guerre » dans laquelle se trouve la Grèce depuis plusieurs jours. « C’est une vaste opération montée par la Turquie et l’Union européenne », commente-t-il par téléphone, évoquant « plus qu’une simple invasion » sur fond d’islamisation.

« Ça n’est pas une question de racisme, c’est une question de faits », écrit-il notamment. La population a empêché plusieurs embarcations d’accoster, s’en prenant aux journalistes et membres d’ONG pro-migrants. « Sur place, les élèves paradent fièrement derrière le drapeau national en soutien aux comités populaires contre les agissements totalitaires des politiciens qui agissent sous ordre du ‟gouvernement grec” au profit de l’invasion migratoire musulmane », écrit l’historien.

Dépassés et envahis régulièrement par des migrants, les autochtones grecs rejouent donc la scène du Camp des Saints de Jean Raspail, sauf que le sang ne coule pas encore et que les Capitaine Dragasès sont nombreux.

Du côté des migrants, c’est la guerre de la communication, à l’aide des smartphones qu’ils possèdent en masse, ils filment leurs tentatives d’incursion en zone européenne en scandant des « Allahu Akhbar » hostiles qui donnent envie de beaucoup de choses, excepté de les accueillir. Dans une vidéo, on les voit exposer les quelques enfants présents à la fumée des braseros et les brutaliser afin qu’ils pleurent devant la caméra. Epuisés, esseulés mais maîtrisant parfaitement les éléments de communication que nos médias s’empressent de diffuser agrémentés de quelques commentaires bien sentis. Pour nos confrères, l’île de Lesbos est devenue le terrain de chasse des néonazis d’Aube Dorée, une dénomination qu’ils toléraient lorsque ces néonazis étaient les Ukrainiens d’Azov massacrant allègrement les populations pro-russes.

La Grèce fait donc face seule. Contre l’invasion orchestrée par le petit Sultan d’Istanbul et contre ses « alliés occidentaux ». De quoi lui rappeler son Histoire et l’invasion ottomane du XIXe siècle. Qui à l’époque s’en était soucié en Occident hormis une poignée d’intellectuels ?

Pour le Vice-président du comité consultatif du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, Jean Ziegler : « Lesbos est le symbole du plus grand fiasco moral et politique de l’Europe ». Constat partagé. Le fiasco est pour la Grèce et ses habitants. Sous tutelle économique de l’UE, ils subissent à présent l’invasion migratoire contre laquelle cette même UE est impuissante. Un fiasco de plus.

Etienne Defay

Article paru dans Présent daté du 4 mars 2020