Entretien avec Marine Le Pen : “L’Union européenne fonce dans le mur”

Entretien avec Marine Le Pen : “L’Union européenne fonce dans le mur”

05/02/2020 – FRANCE (NOVOpress)
Marine Le Pen faisait sa rentrée européenne mardi à Bruxelles. Présente au Parlement, la présidente du Rassemblement National s’est confiée à Euronews. Brexit, accords commerciaux internationaux, elle passe en revue les sujets brûlants de ce début d’année.

Voici un extrait de cet entretien.

Christophe Garach, Euronews :

“Bonjour Marine Le Pen. Vous êtes ici à Bruxelles. C’est votre première sortie officielle depuis que vous avez annoncé que vous étiez candidate à l’élection présidentielle en France en 2022. Alors pourquoi être revenue au cœur de la machine européenne ? Pour célébrer le Brexit ?”

Marine Le Pen :

“Non. D’abord pour voir mes députés européens et puis pour rencontrer les députés du groupe Identité et démocratie. C’est vrai que c’est un véritable “big bang” qui a été assez peu analysé, je trouve. Maintenant, il y a deux solutions : soit l’Union européenne comprend qu’il y a un énorme problème et arrête de foncer dans le mur, écoute les peuples et participe à la création de cette alliance européenne des nations que nous voulons construire ; soit elle continue avec ses œillères et d’autres pays quitteront l’Union européenne. C’est une certitude.”

Christophe Garach, Euronews :

“Pourtant, vous, votre plate forme politique a renoncé aux Frexit, à renoncer à quitter l’Union européenne, à renoncer à abandonner l’euro, cette monnaie à laquelle les Français sont très attachés. Donc, le Frexit, c’est fini ?”

Marine Le Pen :

“C’est à dire que nous sommes très puissants aujourd’hui et par conséquent, nous sommes convaincus que nous sommes capables de modifier radicalement cette organisation européenne, abandonner une Union européenne, encore une fois, qui est considérée et ressentie comme une prison dont les résultats économiques et commerciaux sont catastrophiques, pour construire avec les nations européennes véritablement une organisation qui soit fondée sur la coopération librement consentie et pas sur la soumission à des dogmes qui sont de surcroît inefficaces”.

Christophe Garach, Euronews ;

“Vous répétez souvent que l’Europe est une prison. Mais le Brexit n’est-il pas le contre-exemple ? La preuve qu’on peut sortir de l’Union européenne si les peuples le souhaitent ?”

Marine Le Pen :

“Oui, mais ça a mis trois ans quand même. Derrière ce mépris de la démocratie, on a quand même ressenti un véritable mépris des peuples de la part de dirigeants de l’Union européenne qui se sont à peine cachés, d’ailleurs, qui voulaient rendre le divorce le plus difficile possible. Moyennant quoi, c’est sûrement la Grande-Bretagne qui s’en tirera le mieux et l’Union européenne qui aura à subir le plus de conséquences de cette sortie.

Mais est-ce que l’Union européenne se remet en question ? C’est ça véritablement l’interrogation. Ils ne se remettent jamais en question. D’ailleurs, Emmanuel Macron est très révélateur de ça. Il a fait un discours au moment du Brexit en expliquant que l’Union européenne n’avait rien à se reprocher et que, en gros, les Britanniques étaient sortis parce qu’ils avait été victimes de mensonges, de manipulations, etc. C’est drôle comme ça de refuser de voir la vérité en face. Ça, c’est problématique pour un dirigeant.”

Pour lire la suite de cette retranscription, c’est ici !