Ludovine de La Rochère : « Le projet de loi bioéthique est très néfaste pour le monde de demain »

Ludovine de La Rochère : « Le projet de loi bioéthique est très néfaste pour le monde de demain »

Selon un sondage IFOP pour la Manif pour tous, 51% des Français (64% chez les 18-24 ans) estiment que « compte tenu du climat social actuel, le gouvernement doit retirer ou suspendre le projet de loi bioéthique ».

Après une première mobilisation nationale de grande ampleur, le 6 octobre dernier, les opposants à cette loi manifesteront à nouveau le 19 janvier prochain.

Découvrez cette réaction de Ludovine de La Rochère.

Dans un contexte de grèves et de tensions sociales, 51% des Français estiment qu’il faut retirer le projet de loi bioéthique. Cette nouvelle vous étonne-t-elle ?

Cette nouvelle ne m’étonne pas. C’est une confirmation importante sur le fait que l’ensemble du projet de loi bioéthique paraît inacceptable à une majorité de Français. Souhaiter le retrait, c’est dire à quel point l’ensemble de ce projet est mal perçu par les Français à juste titre.
64 % de jeunes de 18-24 ans ont souhaité le retrait de ce projet de loi bioéthique.
Ils sont conscients que ce projet est délétère pour l’avenir et extrêmement néfaste pour le monde dans lequel ils vivront demain.

Comment interpréter ce sondage, dans la mesure où la quasi-totalité des sondages annoncés jusqu’ici déclaraient que 65 % des Français étaient favorables à l’extension de la PMA pour les couples de femmes et pour les femmes seules ?

Les sondages peuvent être largement médiatisés sur toute une partie des médias, extrêmement partisans en la matière. Il faut regarder l’ensemble des sondages. Les questions ainsi que leur analyse sont complexes.
De prime abord, quand on demande aux Français s’ils sont favorables au fait que la PMA soit ouverte aux couples hétéros et aux couples de femmes lesbiennes, ils disent oui spontanément, avec en tête une question d’égalité.
À l’inverse, quand on demande concrètement aux Français ce qu’ils pensent de la place de l’enfant, les réponses sont massivement différentes.
Par exemple, quand on demande aux Français : « L’enfant né par PMA a-t-il le droit d’avoir un père et une mère ? », 83 % des Français répondent oui. Autrement dit, les Français ont bien conscience que les enfants nés par PMA ont les mêmes droits que tous les enfants et qu’un père et une mère sont fondamentaux dans la vie d’un enfant.
Par ailleurs, il y a ce tout dernier sondage qui indique qu’une proportion très importante des Français souhaitent le retrait de ce projet de loi. Je vais prendre le sujet des retraites, qui n’a rien à voir.
Jusqu’à présent, les Français ont majoritairement soutenu le mouvement. Seulement 30 % des Français souhaitent le retrait du projet de loi sur les retraites.
En ce qui nous concerne, 51 % c’est très important.

À part Valeurs actuelles, aucun média ne s’est fait l’écho de ce sondage-là, alors que les autres étaient régulièrement relayés par l’ensemble de nos confrères. Comment expliquer ce traitement de l’information ?

Pour le moment, Valeurs actuelles, L’Incorrect et La Croix ont évoqué ce sondage. Il est vrai qu’on ne le retrouve pas dans l’ensemble des médias, comme cela peut être le cas pour d’autres sondages qui tendraient à faire croire que les Français sont très favorables à la PMA.
Un certain nombre de médias sont très partisans sur cette question. C’est une forme de pression exercée sur les Français. Dire et répéter « tous les Français sont d’accord ».
D’une part, les gens n’aiment pas être dans une minorité. C’est une manière d’aller vers la position prétendument majoritaire.
D’autre part, c’est aussi une manière de décourager ceux qui se croient minoritaires. La réalité n’est pas du tout celle-ci. C’est plus complexe.
Lorsqu’on rentre les applications concrètes de la PMA sans père, on voit bien que le fond de la pensée des Français n’est pas reconnaître et tenir compte des droits et surtout des besoins les plus fondamentaux des enfants. Depuis des années, une pression est exercée, surtout sur cette question.

Tribune reprise de Boulevard Voltaire