« Le vrai problème des policiers, ce sont les quartiers, pas les manifestants » – Entretien avec Michel Thooris

Le syndicaliste policier Michel Thooris, ancien soutien de Philippe de Villiers et de Marine Le Pen, combat pour la sécurité et la défense de ses collègues.
Dans cet entretien, tout le monde y passe : les autres syndicats policiers, les violences dans les cités, les lois et les magistrats, les gilets jaunes et le maintien de l’ordre. Entretien avec un flic très remonté.

Pourquoi avoir créé votre syndicat policier France Police ?

Michel Thooris. Le syndicat est issu du mouvement d’octobre 2016 « Policiers en colère », cela faisait suite à une attaque contre des collègues policiers à Viry-Châtillon. Ce qui a motivé la création du syndicat ce sont les revendications du mouvement de 2016, le souhait de réformer les règles concernant la légitime défense et d’obtenir plus d’équipements dans la police. Pour obtenir des résultats, il fallait s’institutionnaliser car le mouvement dans la rue ne pouvait plus durer. Alors pour inscrire le dialogue dans le temps il fallait créer un syndicat et légaliser le dialogue dans le cadre du paritarisme.

France Police est aujourd’hui la cinquième force syndicale dans la Police, qu’est-ce qui vous différencie des autres syndicats ?

Les autres syndicats et spécifiquement les deux dominants, l’UNSA et Alliance, sont depuis longtemps dans le camp du gouvernement… Depuis des décennies ils permettent de faire passer des réformes mortifères. France Police est indépendant du pouvoir politique.

Appelez-vous à des actions symboliques contre la réforme des retraites comme l’UNSA et Alliance ?

Bien sûr. Les grèves symboliques prévues par la police sont légitimes. Il ne doit pas y avoir de divisions partisanes. Les raisons de notre colère sont nombreuses, la réforme des retraites qui arrive, le blocage du point d’indice, les problèmes de hiérarchie et de management. Je vous annonce le début d’un grand mouvement dans la police.

Approuvez-vous les déclarations du syndicat Alliance selon lequel le maintien de l’ordre est un devoir républicain pour les policiers ?

C’est un devoir républicain mais c’est aussi avant tout une obligation statutaire pour le policier. Nous n’avons pas le droit de grève. Nous ne pouvons donc pas déposer les casques et les boucliers. Même si en tant que syndicalistes nous combattons la politique d’Edouard Philippe, nous ne pouvons pas laisser des casseurs tout saccager.

Pour lire la suite, c’est ici !