Zemmour, mort à crédit

Zemmour, mort à crédit

Lors de son discours à la Convention de la droite, Eric Zemmour a passé un cap. Dans ce discours d’ouverture qui donnait le ton de la journée, il a méthodiquement expliqué le mécanisme de rétrocolonisation islamique de la France par l’immigration massive et la démographie. Rien de très nouveau, rien qui ne soit pas vécu chaque jour par l’immense majorité des Français, mais qu’importe ; dans ce monde orwellien, vous avez à peine le droit de voir, même pas celui de regarder, et certainement pas celui de constater.

Eric Zemmour s’octroie des droits intolérables pour la gauche. Il regarde la réalité dans le blanc des yeux et ne se prive pas de la décrire. Depuis une décennie, il met des mots sur les sentiments qu’éprouvent les Français : celui que leur réalité est parfaitement décalée avec ce qu’en disent les élites médiatiques et politiques. Zemmour brise le conditionnement mental de ses contemporains.

Pour cette raison précise, ceux qui ont un intérêt idéologique ou personnel direct à la perpétuation de la situation actuelle sortent du bois pour le faire taire. Au premier rang, François Hollande. L’ancien président s’est exprimé à ce sujet sur l’antenne publique de France Inter le 30 septembre : « A ce moment-là, ça s’appelle faire de la politique, ce n’est pas tout à fait la même chose. On est un acteur politique. Il y a une banalisation du pire, une banalisation de l’extrême, une banalisation de l’outrance, une banalisation du mépris à l’égard d’une partie de la communauté nationale. […] Il y a 20 ou 30 ans, il y avait des personnes qu’on n’invitait même pas à la radio ou à la télévision. Aujourd’hui, c’est elles qui sont les plus nombreuses à y venir. »

La gauche est si habituée à un contrôle total sur la parole publique qu’un avis extérieur au sien est instantanément considéré comme scandaleux. Mépris, outrance, pire, extrême, si Hollande n’appelle pas explicitement à le censurer, le champ lexical qu’il utilise exclut Zemmour du champ de la parole légitime. Une manière sournoise d’insinuer le doute chez les auditeurs sur la légitimité de leur polémiste.

La Société des journalistes du Figaro est, elle aussi, particulièrement retorse. Dans un communiqué, elle qualifie son collègue, et donc théoriquement un homme qu’elle est censée défendre contre sa direction, de « rentier de la polémique ». Elle demande à la direction de clarifier sa « situation ambiguë ». Autrement dit, le licenciement pur et simple. Un dévoiement notable de ce qu’est une SDJ ; cette organisation devant défendre les journalistes fait l’inverse exact de son but d’origine : au lieu de défendre les journalistes contre l’idéologie, elle défend l’idéologie contre les journalistes.

Les appels à le faire taire viennent du plus haut, mais aussi du plus bas. Des énarques et du lumpenprolétariat. Sur les réseaux sociaux, les appels au meurtre se sont multipliés. Outre les menaces, violentes, des renseignements ont été partagés pour pouvoir le trouver. Ses horaires, ses trajets, les lieux qu’il fréquente, etc. A mesure qu’il affine la véracité de son discours, il prend des risques de plus en plus importants pour sa sécurité. Il est obligé de s’entourer de gardes du corps pour ses apparitions publiques. L’émission « Touche pas à mon poste ! » présentée par le clown Cyril Hanouna a trouvé amusant de tourner un sketch où son présentateur s’entoure de gardes pour se moquer de l’essayiste le plus vendu de France. S’il lui arrive malheur, on espère que tous ceux qui l’accusent de faire le « commerce de la haine » (l’expression est de SOS Racisme) feront leur mea culpa pour avoir excité sur lui la haine de leurs supplétifs.

Benoît Busonier

Article paru dans Présent daté du 1er octobre 2019