Pourquoi, faute de candidats au métier de prof, l’Education nationale en vient à recruter des quasi-analphabètes