L’après Chirac a-t-il seulement commencé ?, par Jean-Gilles Malliarakis

L’après Chirac a-t-il seulement commencé ?, par Jean-Gilles Malliarakis

Faut-il s’étonner ? Faut-il s’indigner ? à propos des manifestations de nostalgie sincères, chez les uns, et des accès d’un encensement artificiel, de la part des médias, des pouvoirs publics et du bon peuple. On hésite.

Leur hypertrophie exceptionnelle, plus encore que leur caractère habituellement éphémère, méritera d’être, plus tard, étudiée.

En fera-t-on autant pour M. Giscard ?

Ses proches déchireront-ils le voile artificiel de sainteté tissé autour de lui aussi vite que ceux de Johnny Hallyday qui, au moins, laisse des chansons ?

Quand un puissant de ce monde retourne vers son Créateur, la bienséance impose, en principe, de n’en dire, pendant quelques jours, que du bien. Et comme une loi expérimentale de la cinquième république amène toujours au regret du prédécesseur, certains vont même jusqu’à réhabiliter le quinquennat Hollande.

Alors, dira-t-on pourquoi pas Chirac ?

Tout le monde s’accorde ces jours-ci pour saluer les aspects sympathiques du personnage. L’ayant mesuré lui-même, il y a fort longtemps, en année préparatoire rue Saint-Guillaume, votre chroniqueur ne cherchera même pas à faire exception. Oui c’était un excellent maître de conférences, chaleureux avec ses étudiants, même quand ils étaient nationalistes.

En tant que contribuable parisien l’auteur de cette chronique n’hésite pas non plus à le dire : tout le monde regrette légitimement le temps heureux des ramasse crottes. Tout était mieux avant : avant Hidalgo, en tout cas.

Un professionnel de la sympathie, c’est toujours plus agréable qu’une harpie. Même s’il s’agit d’un escroc, dont la sympathie assure justement le fonds de commerce.

J’attends donc les funérailles nationales de Bernard Tapie.

On ne pourra donc juger qu’inconvenant d’oser le bilan purement politique et économique de cet homme.

Il courut pendant 30 ans après la prise d’un pouvoir présidentiel, devenu, hélas, central sous la cinquième république. Lorsque finalement il y parvint en 1995, après s’être grimé en réformateur en 1994, il parvient à y demeurer jusqu’en 2007, malgré une impopularité à l’époque évidente, puisqu’en 2002 il n’obtenait au premier tour que 20 % des voix. On était loin alors de l’unanimité d’aujourd’hui 12 ans après la fin de ses apparitions publiques.

En bien comme en mal, je dis bien en bien comme en mal, ce personnage tourna le dos, dès qu’il atteignit le but de sa vie à la définition bien connue de l’action politique [que l’on doit à Richelieu] : non pas l’art du possible mais l’art de rendre possible ce qui est nécessaire.

Il se préoccupa donc, en grand, de bonnes œuvres, tel une première dame disposant de quelques pouvoirs : on lutte, tous, contre la violence routière, contre le cancer.

Elles peuvent paraître touchantes ces formes de l’unanimisme.

Elles témoignent peut-être de la nostalgie instinctive, d’un regret du parricide de 1793, d’un désir du roi thaumaturge guérissant les écrouelles.

L’histoire, de toute évidence, jugera sévèrement, cependant les 12 années de ses deux présidences, sans la moindre avancée du pays. Quelques réformes, certes, mais désastreuses, car elles allaient dans le sens d’un immobilisme très bien expliqué par l’intéressé lui-même, lors du 50e anniversaire des ordonnances de septembre 1945. Ces textes, aujourd’hui jaunis, pérennisaient eux-mêmes l’ambitieuse et trompeuse charte du travail synthétisée en 1941 par les technocrates du gouvernement Darlan : cela devint la sécurité sociale, et au début des années 1990, alors même que le système prenait eau de toutes parts, certains hauts fonctionnaires, appuyés par le parti communiste, entreprirent de le couler dans le bronze au nom d’un modèle social français.

C’est cela que Chirac érigea en dogme en septembre 1995.

C’est cela dont ce malheureux pays ne parvient pas aujourd’hui à se débarrasser.

S’agit-il de la part des gouvernants actuels de saluer en lui le précurseur de leur propre échec programmé ?

Ne parlons même pas de l’islamisation rampante. L’homme qui osa prononcer en 1991 à Orléans le fameux “discours des odeurs” restera aussi au regard de l’Histoire au nombre de ces faux défenseurs de l’identité qui ne “veulent pas” de la France européenne, mais qui veulent bien de la France tiers-mondisée.

Quand il quitta le pouvoir en 2007, on croyait être entré dans l’après-Chirac. En fait, aujourd’hui encore, à bien des égards, il n’a toujours pas commencé.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent