Multiples procès pour « emplois fictifs » : le point sur les procédures judiciaires engagées à l’encontre des personnalités politiques françaises

Multiples procès pour « emplois fictifs » : le point sur les procédures judiciaires engagées à l’encontre des personnalités politiques françaises

26/09/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
En octobre 2018, les perquisitions contre La France insoumise étaient réalisées dans le cadre de deux enquêtes préliminaires ouvertes par le parquet de Paris. La première était consécutive à une accusation d’irrégularités dans les comptes de la campagne présidentielle du parti. La seconde concerne notamment l’emploi d’assistants parlementaires européens. Les opposants politiques majeurs à Emmanuel Macron ont la fâcheuse tendance à se voir accusés de créer des « emplois fictifs ». Réalité ou montage judiciaire bidon du pouvoir en place ? La justice continue de statuer sur ce point.

Où en est-on de l’affaire Fillon ?

Lors de l’élection présidentielle française de 2017, François Fillon avait été soupçonné d’employer fictivement Pénélope Fillon. Le procès de l’ancien Premier ministre et de son épouse se tiendra du 24 février au 11 mars 2020 devant la 32ème chambre correctionnelle de Paris. Le couple continue d’être accusé, entre autres, de « détournement de fonds publics » et « complicité et recel d’abus de biens sociaux ». Ils risquent jusqu’à dix ans d’emprisonnement et un million d’euros d’amende.

Où en est-on du côté de Marine Le Pen et du Rassemblement national ?

C’est depuis 2015, autrement dit depuis plus de quatre ans, que Marine Le Pen et certains dirigeants du RN sont poursuivis par les justices européenne et française dans le cadre de l’affaire des assistants parlementaires supposément fictifs du FN au Parlement européen. En mai 2019, le tribunal de l’UE a exigé pour les cadres du parti des remboursements allant de 32 000 € à 40 000 €. En France, le procès est toujours en cours et depuis 2018 Marine Le Pen est notamment accusée de « détournement de fonds publics ». Pour rappel, le risque est de dix ans d’emprisonnement et un million d’euros d’amende.