L’immigration peut devenir fédératrice des droites, par Jean-Gilles Malliarakis

L’immigration peut devenir fédératrice des droites, par Jean-Gilles Malliarakis

L’hypocrisie a toujours constitué une sorte d’hommage que le vice rend à la vertu. Sans croire le moins du monde, par conséquent, à l’efficacité des discours de nos politiciens quand ils se veulent démagogues[1], y compris quand ils dirigent l’État, on peut donc et on doit observer le terrain sur lequel ils situent leurs promesses. Et les contorsions de leurs courtisans nous indiquent, comme aussi les girouettes le sens du vent, les vrais sujets qui fâchent.

En cet an de grâce 2019, après quelque 50 ans de campagnes, hélas infructueuses, consécutives à celle de Tixier-Vignancour, qui disait déjà en 1964-1965, devant des salles pleines et des urnes vides, “nous voulions l’Algérie française, pas la France algérienne”, le sujet migratoire est devenu [presque] politiquement correct.

Le tournant a commencé en 1981 quand Mitterrand, incontestable roi des tordus et parrain des pourris, avait imaginé d’introduire une division mortelle et durable au sein de l’opposition de droite, alors même qu’il avait construit une alliance avec un parti communiste, clairement raccordé à l’URSS et, spécialement avec l’Allemagne de l’Est, de funestes mémoires. Sa doctrine stratégique mérite d’être rappelée. Il l’a plusieurs fois résumée : la gauche est minoritaire en France, elle ne peut gouverner qu’en se rassemblant et en divisant les droites.

C’est simple comme l’œuf de Christophe Colomb.

Ça a marché pendant 40 ans, et l’argument [prétendument] “antiraciste” a servi de lubrifiant. Ce beau succès pour le malheur, l’abaissement et la dénaturation d’un pays qui fut, dans un passé désormais révolu, grand, généreux et beau.

Or, nous en sommes arrivés au point que la question de l’immigration extra-européenne et de l’identité des diverses régions de France, facteur de division pendant 40 ans, est devenue aujourd’hui, au contraire unificatrice des oppositions à la gauche, c’est-à-dire de ce que l’on désigne comme constitutif des droites.

Un article choc publié par le Figaro, en date du 17 septembre, sous la signature de Jean-Marc Leclerc, vient à point pour nous le rappeler Ce texte peut être considéré en lui-même significatif comme rappelle quelques éléments de réflexion. Certes, on pourrait en rajouter des tonnes, mais dans le cadre de cette modeste chronique on s’en tiendra aux faits incontestables qu’il évoque.

Résumons les constats de ce qui paraîtra sans doute à certains lecteurs habitués de cette chronique comme un enfoncement de portes ouvertes.

Globalement, dit-il, “le poids de l’immigration pour les finances du pays atteint un tel niveau, déplorent aujourd’hui nos technocrates, qu’il obère l’efficacité de bien des réformes visant à assainir les comptes publics.”

Quelque 100 000 clandestins sont ainsi soumis à une obligation de quitter le territoire mais leur taux de retour effectif dans leur pays d’origine atteint péniblement plus de 15 %. Donc plus de 80 % des illégaux “officiellement constatés” restent. L’État échoue à renvoyer les étrangers jugés indésirables.[2]

En 2014, la Cour des comptes estimait le coût de l’asile à 1 milliard d’euros par an pour les demandeurs et à 1 milliard d’euros supplémentaires pour les déboutés, restés sur place. À l’époque on accueillait 65 000 demandeurs d’asile par an. Ce nombre s’est multiplié par deux.

En 2018 le seuil a été franchi des 100 000 ménages bénéficiaires de l’ADA, allocation pour demandeurs d’asile.

Un seul député, Claude Goasguen, LR, s’est attaché à évaluer le coût, dans deux rapports consacrés au sujet, de l’aide médicale d’État. Il la chiffre à hauteur de 1 milliard par an[3]. Or, elle se veut destinée aux seuls illégaux. Or, en 2019, elle a bénéficié à 330 000 allocataires. Ils étaient évalués à 150 000 sous le gouvernement Jospin.

Les seuls mineurs isolés étrangers, baptisés administrativement MNA mineurs non accompagnés sont passés en 20 ans de 264 à 40 000. Leur coût assumé par les départements, l’État ne participant qu’à hauteur de 15 % des frais, se chiffre à “pratiquement 2 milliards d’euros“[4].

Or, souligne élégamment le Figaro, pourtant entreprise de ménagement bien connue, “il ne suffit pas de nommer les problèmes“.

La volonté de les résoudre devrait désormais pouvoir unir les droites.

[1] En grec le mot démagogue désigne celui qui cherche à conduire [ἄγειν] le peuple [δῆμος]. “C’était, écrit Bossuet, dans Athènes et dans les états populaires de la Grèce certains orateurs qui se rendaient tout-puissants sur la populace en la flattant”. “Dans les sociétés modernes, définit Littré, celui qui est du parti populaire contre l’aristocratie, et agit dans les luttes politiques par la presse ou par la parole.” L’usage, politiquement correct, du doublon “populiste” se révèle par conséquent inutile, voire nocif. Il devrait disqualifier plutôt celui-là même qui l’emploie.
[2] cf. rapport parlementaire des députés Jean-Noël Barrot, MoDem, et Alexandre Holroyd LREM.
[3] Aux 935 millions officiels de la loi de finances, Claude Goasguen ajoute, à titre d’exemple, les 100 millions d’euros que coûte le service des urgences du beau département de Mayotte, devenu première maternité de France.
[4] Evaluation de Pierre Monzani directeur général de l’ ADF, Assemblée des départements de France.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent