Le Rassemblement National entre en campagne, par Paul Vermeulen

Le Rassemblement National entre en campagne, par Paul Vermeulen

Le Rassemblement national réunissait, ce week-end du 15 septembre 2019, son université d’été à Fréjus, la ville gérée par David Rachline. Une rentrée politique sous le signe des élections municipales et de la formation des élus. Outre l’occasion d’échanger les fruits de diverses expériences, ce fut l’occasion pour Marine Le Pen de fixer un cap politique général. La présidente du RN a montré combien le choix du mondialisme hors-sol est une impasse : « L’avenir n’est plus à la mondialisation mais aux nations. L’avenir n’est plus au global mais au local, et les peuples du monde, dont les Français, l’ont compris. » Le localisme, un des fondamentaux du RN. Cet avenir passe par les prochaines échéances électorales et un « sursaut », selon une Marine Le Pen n’éludant pas les points de jonction naturels entre populisme, enracinement et conservatisme : « Les peuples nous le disent : ils veulent vivre ! Ils veulent vivre comme ils l’entendent chez eux, ils veulent transmettre à leurs enfants leur art de vivre, leurs traditions, leurs lois, leur langue, parce que c’est là l’ordre du monde». »Un « ordre du monde », conservateur donc, qui n’irait pas sans un peuple ayant « toujours raison ». Voilà qui résonnera aux oreilles des différents courants de pensée du RN et proches, d’autant que Marine Le Pen a fustigé la volonté mondialiste « d’empêcher des élections », une référence claire à l’Italie.

Poursuivre l’ancrage local et défendre la démocratie

Foi en une démocratie menacée et construction d’un projet politique « alternatif à vocation majoritaire » sont inséparables. La présidente du RN a d’ailleurs lancé un « Signez la pétition ! » au sujet d’ADP. Pour les municipales, le RN peut s’appuyer sur ses réussites (Fréjus, Le Pontet, Beaucaire…). Marine Le Pen a donc précisé que les projets municipaux seront des « projets localisés qui intégreront nos priorités : sécurité, gestion rigoureuse et baisse des impôts, développement local, démocratie de proximité ». C’est « une vision de la société » qui se joue à travers les élections, affirmait-elle. Une université d’été « dynamique », aux yeux de Sophie Robert, tête de liste à Saint-Etienne, 13e ville de France, qui revient « enthousiaste à l’idée de défendre à l’échelle municipale les fondamentaux du RN exposés par Marine Le Pen à Fréjus ».

Si les migrations et la PMA ont moins été présentes lors du discours, la place donnée au conservatisme, l’appel à « une grande politique d’aménagement du territoire », le souci d’une « société écologique », de la démocratie locale, ou la défense de l’identité sont autant de thèmes évoqués par ailleurs par Marion Maréchal et, semble-t-il, entendus par Marine Le Pen. Un signe que l’action métapolitique est utile ? Le RN défend en partie les thèmes d’une droite rajeunie, porteuse des espoirs d’une jeunesse pour qui l’idéologie du progrès est un carcan depuis le berceau. « Union nationale », « alliance des droites » ?

Paul Vermeulen

Article paru dans Présent daté du 16 septembre 2019