Génération identitaire condamnée : une sévérité démesurée?