Attaque de Villeurbanne : réactions honteuses et scandaleuses de quelques « dhimmis », par Franck Deletraz

Attaque de Villeurbanne : réactions honteuses et scandaleuses de quelques « dhimmis », par Franck Deletraz

Alors que plusieurs élus de droite ont pointé du doigt la responsabilité du gouvernement et de sa politique migratoire délirante dans l’attaque de Villeurbanne, les habituels suppôts de l’immigration-invasion, eux, semblent avoir davantage été choqués par ces mises en garde plutôt que par cette nouvelle agression qui a tout de l’acte islamo-terroriste.

Les réactions critiques à l’égard de l’Etat étaient on ne peut plus justifiées. Qu’on en juge : Marine Le Pen avait simplement rappelé que « la naïveté et le laxisme de notre politique migratoire menacent gravement la sécurité des Français ». Une évidence partagée par Nicolas Dupont-Aignan et d’autres. Bref, ni amalgame ni racisme dans ces mots, mais un simple constat résultant d’un suivi scrupuleux de l’actualité criminelle dans notre pays. Une évidence admise y compris par Jean-Michel Blanquer qui, tout en niant la « naïveté » du gouvernement en matière de politique migratoire, a tout de même reconnu que, l’assassin étant un Afghan, « il est évident que dans notre politique migratoire nous devons être attentifs ».

Malgré cela, les partisans de l’immigration à tout va n’ont pas hésité à essayer de détourner l’attention de nos compatriotes en fustigeant les réactions de la droite. A commencer par le maire PS de Villeurbanne, Jean-Paul Bret, qui a écumé lamentablement sur RTL : « C’est la réaction classique de l’extrême droite, qui tente d’utiliser un événement dramatique à son profit. C’est très peu glorieux pour ceux qui ont ces paroles, et qui se sont engouffrés d’une façon assez honteuse dans ce qui est un fait divers terrible » et « ne peut être confondu avec la politique migratoire qui peut être menée au niveau du pays. […] Lier la situation [du suspect] et le crime, et en faire commerce, ça reste quelque chose d’assez éhonté ».

Même indignation de la part du président du groupe LREM à l’Assemblée, Gilles Le Gendre, qui s’est dit dimanche sur BFMTV « profondément choqué » et écœuré par ces commentaires politiques. Avant d’admettre qu’il y a bien un problème d’immigration. Mais… « dans l’esprit des Français » !Et il n’est pas le seul puisque, de son côté, cet habitué des déclarations provocatrices en faveur de l’islamisation de la France qu’est Aurélien Taché (LREM) a estimé sur Twitter que « l’instrumentalisation par le RN du crime terrible commis à Villeurbanne pour stigmatiser tous les réfugiés est odieuse »…

Mais la palme revient peut-être – ou sans aucun doute – au député du Rhône LREM Bruno Bonnell, invité de LCI et dont les propos méritent d’être retranscrits : « Il faut raison garder. On a malheureusement un climat qui tout de suite fait sortir la carte terroriste de tout acte d’agression. La carte de la démence, la carte de la folie, du déséquilibre ou tout simplement de l’assassin est quelque chose malheureusement qu’il faut aussi considérer. Les informations qu’on a à ce stade montreraient que c’est plutôt un acte isolé d’une personne qui était en recherche d’asile, venant d’un pays très éloigné de la France, l’Afghanistan, peut-être qui a vécu des choses terribles sur son voyage ou là-bas, et qui n’a peut-être pas supporté beaucoup de choses et qui rentre dans une crise de démence. Il faut faire attention de ne pas réagir à chaud pour ne pas stigmatiser des populations. » Il faudra désormais tenir compte des « conditions de voyage » des migrants – à moins d’être un odieux fasciste islamophobe.

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 2 septembre 2019