Union des droites : quand la droite française mérite pleinement son titre de « plus bête du monde »…

28/06/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Dans le cadre de l’union des droites, un dîner a réuni mardi dernier Marion Maréchal et une quinzaine d’élus Les Républicains

Un dîner fort discret puisque, d’une part la grosse presse ne s’en est fait l’écho qu’hier, et d’autre part, les participants LR ont pour la plupart préféré garder l’anonymat. Courageux, mais pas téméraires… On sait quand même que, côté LR, c’est le jeune et médiatique Erik Tegnér, militant depuis septembre 2018 pour l’union des droites, qui coorganisait le dîner, auquel ont participé le sénateur du Val-d’Oise Sébastien Meurant, le député de l’Ain Xavier Breton, membre du bureau politique de LR, ou encore Sébastien Pilard, ancien candidat LR aux élections européennes, et lui aussi membre du bureau politique. Il faut dire que ce dernier, cofondateur de Sens commun, émanation de la Manif pour tous, avait déjà eu l’occasion d’afficher, en matière sociétale notamment, des options politiquement incorrectes. Ce qui peut aider à frayer avec « la bête immonde ».

Une initiative en forme de cul-de-sac…

Au menu du dîner, la privatisation d’ADP, le projet de loi bioéthique, la proposition de loi contre la haine en ligne, ou encore la suppression de 1 050 postes à Belfort par l’américain General Electric, et, on l’imagine, la responsabilité personnelle d’Emmanuel Macron dans cette tragédie sociale. Rien que des dossiers techniques, donc. « Il n’était pas question de parler d’alliances », a d’ailleurs insisté Erik Tegnér. Quant à Sébastien Pilard, il excluait à priori tout rapprochement avec le RN, « Des débats et des discussions, oui ; des alliances électorales, non ».

Quid des réactions des apparatchiks LR ?

Elles sont évidemment encore pires. Ainsi Laurence Sailliet, porte-parole de LR, a jugé, « inacceptables » les « collusions avec le RN ». « Marion Maréchal-Le Pen (sic), c’est la famille Le Pen, c’est le Front national (sic) et il y a une ligne rouge ». La palme du sectarisme revient sans conteste à Jean Léonetti, président par intérim des Républicains, qui qualifie également cette rencontre dînatoire d’« inacceptable ». « Personne ne peut ignorer que Marion Maréchal-Le Pen (sic) a été candidate FN (sic) contre Christian Estrosi aux dernières élections régionales. », croit se souvenir M. Léonetti. A la question du journaliste : « Envisagez-vous des exclusions ? », réponse de Jean Léonetti : « Je ne veux pas exclure à la suite d’un repas. Mais je formule un rappel à l’ordre face à une situation qui pourrait être le début d’une dérive » Et M. Léonetti de conclure à l’adresse des dîneurs coupables : « Je leur demande de clarifier leur position. Cette clarification passe par leur appartenance aux Républicains qui implique une totale étanchéité à toute alliance avec l’extrême droite. ».

Le piège mis en place au début des années 80 par François Mitterrand fonctionne décidément encore à merveille. Face à la bêtise crasse de cette droite française, convenons que la gauche n’a pas vraiment besoin d’être très intelligente pour remporter la mise.