Contre le pacte de Marrakech

Une lettre ouverte adressée au Président de la République pour dire NON au pacte de Marrakech a été signée par 11 généraux, un amiral, un colonel, et un ancien ministre de la Défense, M.Charles Millon.

Cette démarche a été peu relayée par les médias, peut-être (?) à cause de la crise des gilets jaunes qui monopolisait l’actualité.

En revanche, elle a entraîné des réactions de la part du ministère des armées avec menaces de sanctions.

J’examinerai d’abord pourquoi j’ai signé, puis les reproches qui nous ont été adressés.

POURQUOI?

Clairement, ce pacte est une arnaque, en tout cas pour quelqu’un qui aime la France, et il porte en lui deux poisons mortels.

D’abord, c’est en toute discrétion et sans qu’il y ait eu le moindre débat public qu’un émissaire du gouvernement a été envoyé pour le parapher dans un premier temps.

Ce pacte est présenté comme non contraignant. Alors, pourquoi le signer ? Pourquoi certains pays n’ont-ils pas voulu le signer? Comment se fait-il que le gouvernement belge soit tombé à cause de lui?

En réalité, ce pacte n’est qu’un dispositif supplémentaire pour concrétiser le Nouvel Ordre Mondial qui ferait de la France une entité géographique plus ou moins anonyme, et de nous de simples consommateurs.

Les conséquences concrètes et immédiates seraient un appel d’air considérable pour une immigration que nous ne sommes même pas capables de gérer en l’état actuel des choses.

Le texte est flou, y compris sur la définition d’un migrant (économique) ou d’un réfugié (pour raison politique ou cause de guerre).

L’islamisation est également, non pas une menace (potentielle), mais un danger déjà présent. Le nombre de mosquées et salles de prières est passé de 100 en 1970 à 2400 en 2016.

Si bon nombre de musulmans que nous apprécions comme de «bons musulmans» ne souhaitent que vivre paisiblement, ils sont en réalité de tièdes pratiquants des préceptes du Coran.

D’autres qui pratiquent la taqîya cachent leurs véritables intentions.

Ceux-là sont plus proches des préceptes du Coran.

Et puis, il y a ceux qui passent à l’acte et qui appliquent intégralement les préceptes du Coran.

Le pacte de Marrakech s’inscrit, par ailleurs, dans une volonté d’islamisation de la France, mais aussi de l’Europe pour ne citer que ce qui nous intéresse directement.

Quant aux idéologues qui considèrent compatibles les dispositions du Coran avec notre civilisation, je rappelle qu’en 2003, la Cour européenne des Droits de l’Homme avait conclu à «l’incompatibilité de la charia avec les principes fondamentaux de la démocratie».

Homme du passé, c’est pour mes descendants que je combats aujourd’hui. Puis-je imaginer sans frémir une de mes petites-filles dire dans quelques années: notre grand-père a passé 35 ans dans l’armée française et, aujourd’hui, je suis obligée de vivre sous la loi de la charia?

QUELLE FAUTE?

Le devoir de réserve, qui fait partie des réglementations sur l’expression des généraux, a été invoqué. Aucun secret de défense n’a été divulgué.

Au contraire, c’est parce que l’intégrité de la France est en cause que nous avons parlé. Comme le dit le général Martinez, la situation est telle que le devoir d’expression prime sur le devoir de réserve.

À quoi bon avoir servi aussi longtemps dans l’armée française, si c’est pour observer tranquillement le bradage de la France? Lors de son appel du 18juin 1940, le général de Gaulle n’a pas hésité à malmener le devoir de réserve, ainsi que le gouvernement légal de l’époque.

Propos inadmissibles et indignes, nous a-t-on dit : la lettre n’est que la conséquence d’un acte inadmissible et indigne qu’est la signature de ce pacte, véritable braderie de la France. Il ne faut donc pas inverser cause et conséquence.

Lettre violente et irrespectueuse, nous a-t-on dit également. Sévère peut-être, car le sujet l’exige, mais irrespectueuse sans doute pas.

La vérité est parfois difficile à entendre et on peut comprendre que le pouvoir soit agacé par la dénonciation de cette imposture.

Nous avons reçu des menaces de sanctions. Mais quand on a accepté de risquer sa vie pour la France et qu’on en a réchappé, que risque-t-on de pire, d’autant que la peine de mort est maintenant abolie?

Toutes ces considérations ne pèsent pas lourd au regard de la conscience tranquille que l’on a, si tant est que cela ait encore un sens pour certains.

André Coustou

Tribune reprise de les4verites.com