Alain Juppé : le plus mauvais d’entre eux tous, par Jean-Gilles Malliarakis

Alain Juppé : le plus mauvais d’entre eux tous, par Jean-Gilles Malliarakis

On résiste difficilement à certaines tentations. Après 15 jours d’immobilisation bien involontaire de cette chronique, le transfert inattendu du maire de Bordeaux vers le Conseil constitutionnel vient s’offrir sur un plateau d’argent comme occasion de reprendre le fil.

Reconnaissons en effet que la carrière du personnage relève de la caricature. Chirac, cette bonne vieille boussole fraternelle, indiquant le pôle Sud, ne s’y trompait pas, qui le qualifiait de meilleur d’entre nous.

Aucun joueur au monde n’a marqué, sans doute, autant de buts contre son camp. Et, depuis plus d’un quart de siècle au moins, il n’a jamais déçu. Toujours en pointe de l’erreur, néanmoins péremptoire, indéfectible chevalier du reniement des promesses et du mépris de l’électeur, on ne le retrouve jamais sur sa position de départ, à moins qu’il ait eu le temps de la trahir deux fois.

Son premier exploit d’une longue série remonte à 1989, soit exactement 30 ans, quand il conduit, avec Giscard la liste RPR-UDF aux élections européennes. Celle-ci arrive en tête avec 28 % des suffrages exprimés et obtient 26 des 81 sièges à pourvoir. Mais Juppé lui-même ne reste eurodéputé que quelques semaines, Son rôle se limitait déjà à celui de tête d’affiche électorale mensongère sans l’objectif de siéger.

À partir de cet exemple fondateur, retenons qu’il ne reviendra jamais sur cette pratique du commandement, si contraire aux traditions éthiques de la Marine, et qui consiste pour ce capitaine à quitter en premier le navire qui lui avait été confié.

Essayons dès lors de dépasser les méandres de cette triste carrière erratique, dont les zigzags n’intéressent même plus les caricaturistes. Relèvera-t-on seulement sa dernière défection palinodie : son devoir de réserve l’écartera de la campagne en vue des européennes du 26 mai. Or, depuis plusieurs mois, sous la houlette discrète du président chez qui s’était nouée l’opération, il pilotait discrètement une manœuvre centriste flanqué de Raffarin et de Bayrou.

La vraie question resterait celle des décisions grandes et petites, toutes funestes sauf erreur, prises sous sa responsabilité.[1]

Ministre des Affaires étrangères à plusieurs reprises il s’illustre dans le sinistre labyrinthe des guerres de Yougoslavie, dans lesquelles, répercutant une Lumière venue d’on ne sait où, il désigne clairement les Serbes comme méchants du film. En 1993, il viole l’avis du Parlement européen, en imposant l’entrée de la Turquie dans l’union douanière, décision proportionnellement aussi destructrice que l’adhésion de la Chine à l’OMC sans clause monétaire. En 2011, il réapparaît au quai d’Orsay, le temps de négocier à l’ONU les conditions de la si brillante opération de Libye. Entre-temps on avait retrouvé sa patte inimitable, associée à celle de son vieux compère Toubon[2] dans la rédaction du traité de Nice de 2001, assortit de la Déclaration des Droits, sans doute le texte le plus calamiteux pour la France et pour l’identité européenne dans toute la chaîne dévoyant les principes et les objectifs remontant au traité de Rome.

On n’en finirait plus de retracer ce qu’on pourrait tenir pour ses reniements, mais qui révèle plutôt des marques clairement socialistes en politique intérieure. Son titre de gloire restera évidemment, le fameux plan Juppé de 1995, étatisant la sécurité sociale et rendu possible par la réforme constitutionnelle de 1996. Il continue de faire ses ravages plus de 20 ans plus tard, par exemple par l’effet durable du numerus clausus en médecine. Mais il ne saurait faire oublier, ni la fausse réforme ferroviaire de 1997, ni le sabotage de la loi sur les fonds de pensions qu’il s’employa à ne pas appliquer, etc.

Au regard de cette œuvre déjà lourde de conséquences, sa nomination par Ferrand au conseil constitutionnel, ne doit pas être saluée comme la fin salutaire d’un si lamentable parcours mais au contraire comme son passage à un stade supérieur de nuisance.

Cette nouvelle recrue contribuera au renforcement du gouvernement des Juges non-élus, censeurs des décisions populaires et parlementaires. La pratique n’a cessé de s’en développer depuis les Badinter, Jean-Louis Debré, Fabius, au mépris de l’esprit constitutionnel de 1958 et au nom de la théorie du bloc de constitutionnalité inventée au hasard d’une décision de 1971.

Mais ceci, aurait dit Kipling, peut être considéré comme une autre histoire.

[1] À sa manière le communiqué de la présidence de l’Assemblée le proposant comme conseiller constitutionnle succédant à Lionel Jospin ne dit pas autre chose : “Alain Juppé est un homme d’État, fort d’une expérience de la décision publique, qui saura avec une véritable exigence républicaine garantir le respect des principes et des règles fondamentales de la Constitution de la république.”
[2] Aujourd’hui dévoué aux fonctions [presque bénévoles] de Médiateur de la république.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent