Entretien – Jordan Bardella : « L’Italie de Salvini est un modèle »

Entretien – Jordan Bardella : « L’Italie de Salvini est un modèle »

Dans moins de 4 mois, les Français voteront pour élire leurs députés européens. Un sondage OpinionWay/Tilder donne 20% d’intentions de vote à La République en marche, le Rassemblement national étant en tête avec 22% d’intentions de vote. Rencontre avec Jordan Bardella, 23 ans, qui mène cette liste RN.

— Vous êtes un enfant de la Seine-Saint-Denis, de Saint-Denis précisément. Peut-on vraiment imaginer la vie dans le 9-3 si on n’y a pas grandi ?

— Non, on ne le peut pas. Avoir grandi en banlieue m’a fait prendre conscience très tôt d’un certain nombre de problématiques : la violence, le communautarisme… Grandir dans ces conditions forge une carapace. Je précise que j’habite toujours en Seine-Saint-Denis. Le fait d’y avoir grandi a conditionné mon engagement politique, m’a amené à avoir une conscience civique assez jeune et à 16 ans, j’ai pris ma carte au Front national. Le 93 est une bonne école d’engagement car c’est un « laboratoire » : s’y rassemblent tous les problèmes et donc tous les défis auxquels la société française sera confrontée dans les prochaines années. Or nos compatriotes quittent ces territoires parce qu’ils ont le sentiment d’être étrangers sur leur propre sol.

— Vous avez déclaré appartenir à une génération « qui peut mourir pour une cigarette, pour un mauvais regard ». Des propos qui parlent aux gens de votre génération, justement ?

— Dire aujourd’hui qu’on peut mourir ou être agressé pour un regard de travers ou avoir refusé une cigarette ou de donner l’heure, cela parle à tous les jeunes Français. Marin à Lyon, Adrien Perez à Grenoble… Les Français de 15 à 30 ans connaissent le sentiment d’insécurité, à savoir hésiter à sortir de chez soi ou s’assurer qu’on n’est pas menacé en sortant du RER B à La Courneuve, ils connaissent l’insécurité concrète elle-même : les menaces, les agressions. Ma génération a grandi dans l’insécurité, que les générations plus âgées connaissent elles aussi d’ailleurs. En banlieue, bien des parents ont peur de laisser sortir leurs enfants après 20 heures parce que prendre le RER est dangereux. Ce climat de peur est insupportable. L’insécurité ne figure même pas dans le Grand débat : pour tout le monde, elle est un fait acquis, on est censé vivre avec. La seule insécurité actuelle serait le terrorisme, mais il a été banalisé. Manuel Valls avait prévenu : les jeunes Français doivent s’habituer à vivre avec le terrorisme. Non ! Je refuse de trouver normal que je peux mourir parce qu’un soir à Paris, je bois un verre en terrasse. Cela a été la raison de mon engagement politique, mais pas le seul car ma génération a aussi grandi avec le chômage, les petits salaires. Ma mère finissait le mois à 15 euros près, cela marque un enfant. A la fibre identitaire s’ajoute la fibre sociale qui met dans les rues et sur les ronds-points les Gilets jaunes.

— Un sondage OpinionWay sur « les enjeux de la campagne des élections européennes » montre que la politique européenne vis-à-vis des migrants comptera à 42% au moment de voter, pour l’électeur. Comment réformer la politique de l’UE sur ce point ?

— L’immigration et la question environnementale sont les deux enjeux majeurs pour l’Europe, compte tenu du fait que la population de l’Afrique va doubler. Accepte-t-on la ruée vers l’Europe (pour reprendre les mots de Stephen Smith) ou décide-t-on de l’enrayer en prenant les bonnes décisions ? Beaucoup de Français font le constat que l’Union européenne est incapable de les protéger. Nous sommes favorables à un retour aux frontières nationales et aux mesures fortes. La France ne doit plus être un guichet social auquel il suffit de se présenter pour bénéficier d’aides sociales et de prestations diverses, soins gratuits avec l’AME, mineurs isolés qui coûtent deux milliards d’euros par an – sans oublier les 14 milliards annuels de fraude sociale à la Sécurité sociale, alors qu’une carte Vitale biométrique suffirait à stopper le phénomène. Le coût de l’immigration est effrayant, or toutes les économies sont bonnes à faire. L’UE devrait doter Frontex de vrais moyens pour renforcer la défense du continent.

— La politique italienne, avec des mesures simples et efficaces, est un bon exemple ?

— L’arrivée au pouvoir d’un parti souverainiste, populaire, ou populiste, est possible, et des résultats concrets en matière d’immigration possibles aussi. En quelques mois, Salvini a fait baisser de 65% les demandes d’asile en Italie en expliquant clairement que les bateaux de « migrants » seraient systématiquement raccompagnés à leurs ports de départ, que les arrivants n’auraient pas droit à des prestations sociales, ni à une régularisation, ni à une scolarisation gratuite des enfants. Donc la politique de dissuasion est efficace. L’Australie a procédé de même. L’Italie de Salvini est un modèle. Nos députés travaillent avec lui au Parlement européen depuis plusieurs années et il y a une réelle amitié politique entre Marine Le Pen et lui. Salvini démontre aussi que le courant d’idées que nous représentons en France depuis longtemps en ce qui concerne la préférence nationale et la défense des frontières n’est plus isolé mais répond à une vraie demande des peuples en Europe.

— Selon le même sondage, l’avenir de l’euro et le Brexit ne compteront chacun qu’à 20%. La technicité de ces questions rebute les électeurs ?

— Concernant la sortie de l’euro, le RN est passé d’une vision politique à une vision pragmatique : les Français ne considèrent pas la question comme prioritaire, ils sont préoccupés par les impôts, l’immigration et le manque de représentativité. Pendant des années, on a considéré qu’il fallait forcément être dans l’Union européenne ou hors d’elle. Le contexte a évolué, des partis alliés sont arrivés au pouvoir en Europe : on pourra donc, demain, discuter de ces questions au sein de l’Union européenne, plus facilement avec Salvini qu’avec Renzi ou Merkel.

La question du Brexit est complexe. L’Union européenne a tout fait, de manière très carcérale, pour que la Grande-Bretagne n’en sorte pas. Jean-Claude Juncker a mandaté des commissaires européens qui ont négocié avec Theresa May des conditions qui rendaient le Brexit inopérant : la Grande-Bretagne restait dans l’union douanière, dans les accords économiques, elle sortait de l’UE… sans sortir vraiment. Le Parlement britannique a parfaitement joué son rôle. Il faut renégocier pour que le pays sorte de l’Union européenne puisque telle est la volonté des Britanniques. Les « démocrates » habituels aimeraient bien qu’ils votent de nouveau et différemment !

— Entre la répression contre les Gilets jaunes et le retour des djihadistes sur notre sol, pensez-vous que Castaner est 1/ inapte à son poste, 2/ dans une logique idéologique, 3/ les deux « en même temps » ?

— Je considère que Castaner n’aurait jamais dû être nommé ministre de l’Intérieur. Il n’a aucune compétence en matière de sécurité. Il n’a pas beaucoup de convictions. Les choix qui ont été faits depuis le début du mouvement des Gilets jaunes ont été des choix répressifs et non du maintien de l’ordre. Chaque samedi, on jette dans les rues de Paris et des grandes villes des policiers à bout de force contre des Gilets jaunes en colère, on pénalise des commerçants qui connaissent un effondrement de leur chiffre d’affaires depuis la mi-novembre. Tout le monde est perdant et Castaner est incapable d’apaiser la situation dont le gouvernement est responsable. Le Rassemblement national propose une sortie de crise qui soit politique : dissolution de l’Assemblée nationale, retour aux urnes avec une élection à la proportionnelle. Cela permettrait une vraie représentativité à l’Assemblée, un parti comme le nôtre n’ayant que 1,6% de députés… alors qu’il représente onze millions de voix, et un vrai débat de justice sociale et fiscale, une vraie discussion sur l’immigration. Plus le gouvernement essayera d’étouffer un mouvement de ras-le-bol général, plus le mouvement se durcira.

— Est-on capable de mesurer l’impact du mouvement des Gilets jaunes sur le scrutin du 26 mai prochain ?

— C’est assez compliqué, qu’il y ait une liste, plusieurs listes ou pas de liste du tout. Les tentatives de monter une liste, pour le moment, ne sont pas probantes. Le mouvement des Gilets jaunes est apolitique. Nous le soutenons depuis le début parce que leurs préoccupations rejoignent les nôtres : la volonté d’une paix fiscale, davantage de démocratie avec le référendum d’initiative citoyenne, la proportionnelle, la baisse du nombre de députés, l’augmentation des bas salaires. Nous n’avons pas cherché à récupérer ce mouvement : nous n’avons pas besoin de le faire. Nos élus locaux ont été présents sur les ronds-points et dans les manifestations dès le premier jour. Pour le moment, nous ne pouvons faire qu’un constat : il y a en France un nouvel intérêt pour la politique. De quelle façon cela se traduira-t-il dans les urnes ? Je pense que si les Français n’obtiennent pas ce qu’ils veulent d’Emmanuel Macron, à savoir des décisions concrètes sur le pouvoir d’achat, l’emploi, les retraites modestes, ils lui infligeront une fessée électorale le 26 mai.

— A un électeur qui serait tenté par la liste de Dupont-Aignan (Debout la France) aux européennes, quels arguments donneriez-vous pour le convaincre de voter pour vous ?

— Je lui dirais que nous avons une grande liste de rassemblement avec des gens qui nous ont rejoints comme Thierry Mariani et Jean-Paul Garraud. Ils donnent du crédit à notre liste et démontre que celle-ci est la seule à pouvoir s’opposer à Emmanuel Macron. Nous sommes la grande force d’opposition. Nous avons tendu la main à Nicolas Dupont-Aignan, après les présidentielles, pour monter une liste commune, il a préféré partir seul : c’est dommage car nous défendons globalement les mêmes idées. J’espère qu’on se retrouvera un jour.

— Et à un électeur qui serait tenté par Bellamy (Les Républicains) ?

— Je lui expliquerais que Bellamy n’est qu’une façade. Les députés européens sortants LR ont voté pour la relocalisation des migrants dans nos villes et nos villages, ils ont voté tous les traités de libre-échange, les sanctions contre la Hongrie de Viktor Orban (lequel est un autre exemple de fermeté sur la question migratoire), ils ont soutenu le principe d’un impôt européen, du pacte de Marrakech… Les LR parlent souvent comme le RN pendant les campagnes électorales mais ils gouvernent comme les socialistes quand ils sont au pouvoir.

— Et à un militant identitaire qui ne se reconnaîtrait pas dans un vote RN ?

— Le Rassemblement national est le parti le plus cohérent, le plus crédible et le mieux placé pour défendre l’identité française et protéger notre pays de la submersion migratoire. Nous sommes le seul parti qui ait la volonté de résoudre les problèmes liés à l’immigration, de manière humaine et ferme. Cela se fera conjointement avec d’autres partis européens, partis alliés et amis du RN. Aux lecteurs de Présent, je dis donc : ne soyez pas dupes de l’enfumage que tentent Les Républicains, ne vous laissez pas séduire par d’autres listes souverainistes isolées mais votez pour notre liste de rassemblement… national.

Propos recueillis par Samuel Martin

Article paru dans Présent daté du 5 février 2019