Romain Espino : « SOS Méditerranée déploie sa propagande dans les écoles »

Romain Espino : « SOS Méditerranée déploie sa propagande dans les écoles »

Le 9 janvier 2019, l’association SOS Méditerranée a reçu l’agrément du ministère de l’Éducation nationale afin d’intervenir dans les établissements scolaires pour présenter son action.

Romain Espino réagit sur Boulevard Voltaire et dénonce cet « endoctrinement » des plus jeunes par les militants de cette association.

SOS Méditerranée vient de recevoir l’agrément du ministère de l’Éducation nationale pour faire partie des associations éducatives complémentaires de l’enseignement public. Elle sera donc susceptible d’intervenir dans les écoles. Pourquoi avez-vous dénoncé ce choix ?

L’ONG SOS Méditerranée est véritablement un organe militant. Les membres de cette association sont des militants immigrationnistes, sans frontiéristes avec une vraie idéologie. Ils ne sont pas simplement des humanitaires. C’est pourquoi nous dénonçons le fait qu’il puisse avoir l’agrément pour aller dans les écoles et parler aux plus jeunes. Cela leur donne la possibilité de déployer leur propagande auprès des plus jeunes, de faire de l’endoctrinement et d’user de manipulation pour faire passer leur idéologie. C’est totalement inacceptable !

Il y a quelques mois , vous aviez envahi pacifiquement les locaux de SOS Méditerranée. Où en est cette affaire ?

Le 5 octobre dernier, nous avons effectivement occupé les locaux de l’association SOS Méditerranée à Marseille. Nous avions déployé une banderole aux fenêtres dénonçant la complicité de SOS Méditerranée dans le trafic d’êtres humains. Suite à cette opération, nous avons été placés en garde à vue pendant 48 heures avec à l’issue une mise en examen avec contrôle judiciaire. Nous sommes 22 militants à devoir aller pointer au commissariat. Aujourd’hui, j’étais à Marseille pour une audition devant le juge d’instruction. La procédure continue et l’enquête est toujours ouverte.

Suite à cette action, 56 personnalités de droite avaient signé une tribune pour soutenir votre action. Êtes-vous en lien avec ces personnalités pour interpeller le ministre de l’Éducation nationale ?

Notre tribune a en effet été signée par 50 personnalités de la droite au sens large. Elle fut un véritable levier pour faire passer notre message. On continue toujours à échanger avec ce réseau pour défendre notre identité contre l’immigration.

En Italie, Mattéo Salvini a lancé une enquête parlementaire sur SOS Méditerranée. Cela rejoint votre initiative …

SOS Méditerranée se dit une simple association humanitaire. En réalité, ce sont de véritables militants immigrationnistes et sans frontiéristes.
Il faut rappeler que les bateaux des ONG en Méditerranée avaient déjà été pointés du doigt pour leurs interventions dans ou proche des eaux territoriales africaines. Elles jouaient ainsi le rôle de passeurs en allant chercher les clandestins sur les côtes africaines pour les ramener en Europe. Par conséquent, ils ne respectaient pas les règles internationales de navigation notamment.
Je pense qu’une enquête serait utile pour déterminer si SOS Méditerranée ne serait pas aussi coupable de l’insécurité créée suite à l’arrivée de nombreux clandestins, et notamment les agressions et les viols.


Ce que vous sous-entendez est très grave. Pensez-vous que SOS Méditerranée soit complice des agressions et des viols commis par les migrants ?

Aujourd’hui, personne ne peut assurer que les clandestins arrivés en Europe via SOS Méditerranée n’ont pas commis des crimes ou des délits. C’est très grave. Quand on fait venir des gens, le minimum serait de s’assurer de leur identité, de leur provenance et ce qu’ils deviennent.

Tribune reprise de Boulevard Voltaire