Journée de la fierté parisienne : rendez-vous le 12 janvier

Journée de la fierté parisienne : rendez-vous le 12 janvier

Marc Verdier, 27 ans, est un des bénévoles de l’association Paris Fierté qui anime la traditionnelle Journée de la fierté parisienne.

— Rappelez-nous l’histoire de cette Journée de la fierté parisienne : à quelle édition en sommes-nous ?

— La première Marche Sainte-Geneviève fut organisée en janvier 2005. A cette époque, de jeunes Parisiens fiers de leur identité souhaitèrent rendre hommage à la patronne de Paris et permettre aux habitants de cette ville de renouer avec leurs racines. Au fil des années, ces célébrations s’étoffèrent pour donner la Journée de la fierté parisienne, une après-midi et une soirée d’hommage à l’histoire et à la culture parisienne. Nous en sommes donc à la 14e édition.

— Quelles seront les principales animations ce samedi ?

— La JFP aura lieu le samedi 12 janvier. Pendant cette journée, une péniche accueillera plusieurs stands d’artisans tels qu’Art Terre Europa ou l’Atelier de l’Armorial, de vendeurs de textiles comme Sabre au Clair et l’Atelier Parigot, vous pourrez même vous y procurer quelques ouvrages proposés par La Nouvelle Librairie. Le tout dans une ambiance conviviale et familiale, avec une buvette et un service de garderie pour les enfants. Des initiations aux danses traditionnelles parisiennes et françaises seront également assurées. Ensuite, point culminant de cette JFP, nous partirons en procession gravir la montagne Sainte-Geneviève afin d’honorer la sainte patronne sur le parvis de Saint-Etienne-du-Mont. Pour la soirée, nous proposons à ceux qui le souhaitent de revenir sur la péniche afin d’y assister à un concert enraciné.

— Votre marche est-elle une invitation à prier sainte Geneviève face à l’invasion barbare ?

— Notre marche est surtout un appel aux Parisiens à retourner aux sources de leur identité, à se souvenir de qui ils sont, quels sont leurs racines, leur héritage. C’est un besoin presque sanitaire dans la société ultra-mondialisée et sans frontière qui est la nôtre aujourd’hui. Mais Paris est le berceau de la France et même, à bien des égards, de ce que l’on appelait la chrétienté, c’est-à-dire l’Europe, et son essence est éternelle, il ne tient qu’à nous de faire (re)vivre cette âme. Et cela passe, bien évidemment, par la dévotion à sainte Geneviève, sa protectrice.

— Vous honorerez les « saintes, mères et guerrières ». Les bobos sont les bienvenus à la fête, malgré tout ?

— Le but de ce slogan, « saintes, mères et guerrières », est de proposer une autre vision de la femme, aux antipodes des hashtags victimaires et vindicatifs, des Conchita Wurst ou des burqas. Saine et puissante, la femme européenne est à l’image de Blanche de Castille ou de sainte Geneviève et sait se prendre en main pour protéger et guider son peuple dans les moments de danger, et elle est un modèle pour ses semblables. Cela peut en effet sembler lointain ou même archaïque pour les plus déracinés d’entre nous, mais notre civilisation a été fondée par la complémentarité et non l’opposition entre l’homme et la femme. Les bobos sont donc bienvenus, ainsi que tous les Parisiens désireux de retrouver l’authenticité de leur ville, et participer à la Journée de la fierté parisienne ne peut leur faire que du bien.

— Comment rester fier d’être « parigot » dans une ville fortement tiers-mondisée ?

— En levant les yeux. Paris est défiguré par l’immigration et mise à genoux par des décennies de gestion gauchiste, mais sa gloire nous est rappelée à presque tous les coins de rue, que ce soit par ses églises, ses monuments… Le « Parigot » doit, à l’image de sa ville, retrouver son orgueil et se souvenir qu’il est un peuple qui, pour le meilleur ou le pire, a déjà écrit l’histoire de France et même du monde à plusieurs reprises. Il ne faut céder aucun pouce de terrain à la bien-pensance, être sûr de son bon droit et, surtout, vivre et faire vivre cette identité parisienne. Ce n’est pas une coquille vide, c’est le fruit de dizaines de siècles d’histoire, c’est un quotidien et un art de vivre on ne peut plus concret qu’il faut préserver et qui nous élève. Et cet acte de résistance passe aussi par des célébrations comme la Journée de la fierté parisienne.

— En dehors de la journée annuelle, l’association Paris Fierté organise-t-elle d’autres événements le reste de l’année ?

— Nous avons déjà organisé des visites historiques et culturelles pour nos adhérents, et toutes sortes d’activités de découverte de l’identité parisienne ainsi que des conférences ayant trait à la culture francilienne. Mais le grand événement de l’année reste cette Journée de la fierté parisienne. Pour suivre notre actualité, je vous invite à « liker » notre page Facebook Paris Fierté.

Propos recueillis par Samuel Martin

Article paru dans Présent daté du 10 janvier 2019