Gilets jaunes : Les boxeurs au cœur des manifestations

08/01/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Durant l’hebdomadaire rassemblement des Gilets jaunes à Paris, une séquence filmée a profondément marqué l’opinion publique et les médias français. On voit sur cette vidéo un homme au visage découvert, visiblement sûr de lui, boxer un gendarme totalement dépassé. Ancien champion de France de boxe, catégorie lourds-légers, il se présente comme un « citoyen normal », qui manifeste « pour le futur de [ses] enfants », et comme un « gilet jaune ».

L’événement a pris aujourd’hui une impressionnante ampleur.

En effet, les syndicats des forces de l’ordre se sont tous levés pour que l’homme, un certain Christophe Dettinger, ancien boxeur professionnel, soit activement recherché, arrêté et jugé pour ses actions. Celui-ci s’est finalement rendu à la police. Une cagnotte a été mise en place : En quelques heures, elle est grimpée à plus de 74.000 euros. Près de 3.000 personnes y ont déjà contribué. « Tous les week-ends cet homme a défendu pacifiquement ses idées, celles des Gilets jaunes », peut-on lire dans la description de la cagnotte.

Ce coup médiatique sert aussi à cacher un autre combat de boxe, toujours peu reluisant pour les forces de l’ordre.

Oui, samedi dernier à Toulon un autre boxeur a montré ses talents. C’était cette fois-ci un officier de police qui s’est permis de plaquer un homme au mur pour mieux le frapper au visage. On l’aurait vu ensuite se retourner violemment contre les Gilets jaunes sidérés qui filmaient la scène. Honoré par la Légion d’honneur il y a une semaine, l’officier avait déjà eu un avertissement pour avoir cassé la mâchoire d’un de ses collègues deux ans auparavant. Si le procureur de la ville a refusé de mener une enquête, prétextant que « la réaction du policier était proportionnelle à la situation », le préfet a finalement fait appel à l’IGPN, la police des polices, pour enquêter sur le débordement.