L’immigration, Macron et SOS Racisme, par Jean-Gilles Malliarakis

Emmanuel Macron, ce 10 décembre, dans sa courte allocution de 13 minutes, aura abordé de nombreux sujets, formulé de nombreuses propositions. Changeant légèrement de ton et d’allure, il s’est exprimé dans le style des exposés que l’on appréciait dans ma jeunesse, il y a plus d’un demi-siècle, à l’Institut d’Études politiques rue Saint-Guillaume. À l’époque, cependant, on devait s’en tenir à 10 minutes et construire en deux parties et deux sous-parties.

Cette prestation comportait donc des longueurs. Elles enrobaient des propos parfois ambigus. On peut se demander s’ils ont été appréciés, dans leur subtilité, par les honnêtes gens qui saucissonnent sur les ronds-points à la veille de l’hiver.

Comme souvent, venant des bons élèves de la technocratie, on y trouvait du bon et du nouveau. Le bon ne se révélait pas très nouveau, le nouveau ne semble pas très bon non plus. Olivier Dussopt, lui-même, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Action et des Comptes public, évalue que les mesures annoncées coûteront à l’État entre 8 et 10 milliards d’euros. “Nous sommes en train de le préciser, de voir aussi comment nous allons le financer”, a-t-il déclaré sur BFM TV. Si ce qu’il appelle “financement” ne se fonde pas sur une réduction sans doute supérieure de la dépense publique de l’État central, on entre dans un scénario économiquement catastrophique. On peut le redouter.

Son propos sur l’immigration ouvre un autre débat.

La jeune-vieille organisation de provenance trotskiste SOS Racisme mesure, dans ce registre, comme chacun devrait le savoir le degré de conformisme politiquement correct. Son président, heureusement dégagé de ses ennuis judiciaires, peut assumer le rôle du grand prêtre. Il pense que les propos présidentiels “n’augurent rien de bon”.

Voilà au moins qui pourrait constituer, pour certains des plus farouches opposants, un motif de satisfaction.

Je veux aussi que nous mettions d’accord la nation avec elle-même sur ce qu’est son identité profonde. Que nous abordions la question de l’immigration” a déclaré le chef de l’État, sans plus de précisions.

Cette allusion d’Emmanuel Macron à l’immigration lors de son allocution pour répondre au mouvement des “gilets jaunes” depuis le 17 novembre prouve, malgré son ambiguïté, au moins que, – dans son esprit, et selon certaines informations dont il dispose, – cette préoccupation existe bel et bien chez les protestataires de base.

Elle intervient le jour même, ce 10 décembre, où la signature, au nom de la France, du pacte mondial sur les migrations de l’ONU formellement approuvé à Marrakech, provoque de nombreuses protestations de l’opposition, et semble, si l’on en croit les sondages, rejeté par 80 % des Français.

Inutile de dire que les États-Unis s’y sont opposé, qu’il n’aura aucun effet en Chine ou en Russie, et que l’Europe l’aborde en ordre dispersé, alors même qu’elle paraît comme le seul espace vraiment concerné. Parmi les pays qui s’en sont retirés après l’avoir accepté le 13 juillet, on compte d’ores et déjà l’Autriche, l’Australie, le Chili, la Tchéquie, la République dominicaine, la Hongrie, la Lettonie, la Pologne et la Slovaquie.

Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo ne pouvait pas esquiver son soutien à cette démarche onusienne destinée de façon explicite à faciliter les déplacements transnationaux de la main-d’œuvre. Il a donc publié un communiqué titré “Les immigrés comme boucs émissaires ?

Il dit s’étonner que le président de la république ait évoqué l’immigration dans un discours où, toujours selon Sopo, “les questions posées étaient notamment celles de la répartition des richesses et des attentes de la jeunesse lycéenne“.

“Les propos avaient beau être le plus elliptiques possibles, remarque-t-il, chacun comprendra qu’ils n’augurent rien de bon. Que les choses soient claires : toute tentative consistant à jeter les immigrés en pâture des frustrations sociales sera combattue sans relâche par SOS Racisme”, menace le redoutable Sopo, se disant “plus que perplexe” sur les termes employés.

À suivre par conséquent.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent