Vont-ils réussir à entériner le Pacte mondial pour les migrations ?

04/12/2018 – INTERNATIONAL (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
En effet, un sommet se tiendra les 10 et 11 décembre à Marrakech. Organisé par l’ONU, il traitera du sujet épineux des migrations et cherchera à aboutir sur l’entérinement du Pacte mondial pour les migrations.

Mais qu’est-ce que ce Pacte mondial sur la migration ?

De son nom complet le Pacte mondial pour les migrations, sûres, ordonnées et régulières, ce document de 25 pages avait été rédigé cet été à New-York après de nombreuses délibérations entre les États membres. Même s’il déclare vouloir améliorer la coopération entre les États afin d’enrayer l’immigration illégale, ce texte pose clairement les bases d’un encadrement des flux migratoires où « les États s’engagent à faciliter la migration sûre, ordonnée et régulière. » Il ne s’agit donc pas d’enrayer les flux migratoires mais bien de faciliter et de favoriser l’immigration légale, qui est présentée par Louise Arbour, la représentante spéciale de l’ONU pour les migrations, comme un phénomène non seulement inéluctable mais fondamentalement bénéfique, « Nous avons donc un intérêt commun à gérer les flux migratoires et à assurer des voies sûres et régulières de mobilité ». Si ce pacte n’est pas juridiquement contraignant, comme le rappellent ses défenseurs, il n’en restera pas moins, s’il est adopté, un nouvel étalonnage moral dont les limites resteront difficiles à franchir politiquement pour les États signataires.

Ce texte a-t-il des chances d’être adopté unanimement ?

Dès juillet, seuls les Etats-Unis avaient choisi de ne pas valider le texte, estimant qu’il allait à l’encontre de leurs intérêts et de leur propre politique migratoire. Depuis, d’autres pays ont annoncé qu’ils ne signeraient pas le pacte la semaine prochaine. Les exemples les plus criants sont au sein de l’Union européenne. En effet, si celle-ci avait annoncé avoir parlé « d’une seule voix » à New-York l’été dernier, plusieurs États membres ont depuis changé de discours. Ainsi, la Hongrie, la Pologne, l’Autriche, la Bulgarie, la République tchèque et la Slovaquie ont déjà annoncé qu’elles renonçaient à signer ce pacte pour le moment. L’Italie a elle aussi annoncé que son gouvernement ne serait pas présent à Marrakech la semaine prochaine et que la participation italienne à ce pacte serait entre les mains de son parlement. La Belgique fait face quant à elle à une crise gouvernementale, puisque l’un des partis du gouvernement, les nationalistes flamands du N-VA, a annoncé qu’il retirerait son soutien à un gouvernement qui se rendrait à Marrakech. Toujours en Europe, la Suisse a également annoncé, sous pression de l’opposition parlementaire, qu’elle ne signerait pas la semaine prochaine. Enfin l’Australie et Israël se sont également opposés à ce pacte. En Europe, il ne reste guère que la France et l’Allemagne, sous l’égide d’Emmanuel Macron et Angela Merkel, comme soutien de taille à ce projet. Néanmoins, face à la situation politique actuelle en France et une grogne qui s’organise en Allemagne, il se pourrait que ces deux gouvernements se posent des questions.