Gilets Jaunes : Castaner cherche à diaboliser le mouvement

26/11/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Ce samedi 24 novembre, le rassemblement des « gilets jaunes » a rassemblé plus de 100.000 personnes partout en France, dont 8.000 à Paris. Ces chiffres sont ceux du ministère de l’Intérieur. Rappelons que le mouvement des gilets jaunes est né du mécontentement face à la hausse des taxes sur le prix des carburants annoncée par Macron. Depuis plusieurs semaines, ce mouvement ne cesse de grandir face à la surdité du président.

Comment s’est déroulée la neuvième journée de mobilisation ?

Généralement, les gilets jaunes ont manifesté pacifiquement dans tout le pays, malgré quelques blocages et barrages organisés sur des axes routiers. Pourtant, au total, Castaner a dénombré 191 interpellations par la police, dont 103 sur les Champs-Élysées. Comment expliquer ce décalage entre une manifestation majoritairement « bon enfant », selon le ministre de l’Intérieur lui-même, et ces interpellations ?

Des partisans d’extrême gauche et des racailles affublés de gilets jaunes

Le mouvement des gilets jaunes se veut spontané, protéiforme. Il ne revendique aucune appartenance à un parti politique. Le seul mot d’ordre est la protestation contre la hausse des taxes. Aussi, il est aisé de s’affubler d’un gilet jaune et d’aller militer pour sa cause au sein de la foule. C’est ce qu’on fait des partisans d’extrême gauche ou des racailles qui se sont ainsi données une occasion de s’exprimer, à la façon qu’on leur connaît. Affrontements avec la police, dégradations…

Le gouvernement fait porter le chapeau des violences à l’ « extrême droite »

Même si aucun activiste de droite n’a été recensé parmi les 103 interpellés, le gouvernement a désigné comme auteur des faits ce qu’il nomme l’« extrême droite ». Comme le gouvernement n’a pas l’intention de renoncer à la hausse des taxes, il cherche un moyen de décrédibiliser les gilets jaunes. Après les accusations de racisme ou d’homophobie, l’idée que les gilets jaunes sont violents et à ranger sous l’étiquette connotée d’extrême droite, est le dernier mensonge qu’a inventé le gouvernement pour diaboliser et réduire l’opposition.