Claude Chollet sur la censure : « Les succès populistes inquiètent la super classe mondialisée ! »

Le 4e Forum de la Dissidence se tiendra le samedi 17 novembre prochain à Paris sur le thème : « Face à la censure, tous dissidents ! »
Cet événement exceptionnel sera donc dédié au phénomène le plus brûlant de l’année 2018. En effet, la censure aura touché à peu près tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, sont rentrés en dissidence face au cosmopolitisme et à l’écroulement de la France et de la civilisation européenne.

Parmi les intervenants : Claude Chollet, président de de l’Observatoire du Journalisme.

Polémia : Avez-vous récemment été confronté à la censure ?

Claude Chollet : Pas encore.

Polémia : Selon vous, l’accélération de la restriction de la liberté d’expression est-elle un aveu de la panique des élites ?

Claude Chollet : Le Brexit, l’élection de Trump, les succès populistes en Europe inquiètent la super classe mondialisée qui se raidit. La lutte contre les fake news/infox est dans un premier temps une tentative d’auto consolation : “Ce n’est pas nous, les élites qui nous sommes trompés, c’est le peuple qui a été trompé par les fausses nouvelles.”
Dans un deuxième temps, c’est une justification pour la censure : “De telles erreurs ne doivent pas se reproduire et nous, super classe mondiale, sommes prêts a tout pour cela, y compris à laisser tomber la liberté d’expression.”

Polémia : Comment faire pour lutter contre cette censure ?

Claude Chollet : Etre professionnels, travailler, ne pas se laisser aller aux provocations. Dénoncer les nouvelles censures par tous les moyens de communication disponibles. Et également réfléchir à des substituts au réseaux des censeurs Facebook, Twitter, Google, Youtube, etc.

Polémia : Quel message adresser à ceux qui peuvent perdre espoir face à la toute-puissance apparente du système politico-médiatico-culturel ?

Claude Chollet : Toute attaque entraîne une amélioration de la défense de l’adversaire qui contre attaque. Les batailles ne sont jamais complètement gagnées face a des adversaires protéiformes mais elles ne sont jamais non plus complètement perdues par des esprits organises et résolus.

Texte daté du 13 novembre 2018 et repris du site de Polemia