Gérard Collomb Guerre raciale

Après 16 mois de magouilles et de tambouille, par Jean-Gilles Malliarakis

Moment de vérité penseront ingénument certains. Un peu paradoxale, me semble-t-il au contraire, et même scandaleuse, au fond, cette déclaration du ministre démissionnaire Collomb quittant ses fonctions le 3 octobre.

Lors de la passation de ses pouvoirs à Édouard Philippe, chef du gouvernement et, pour quelque temps ministre de l’Intérieur intérimaire, le candidat à la mairie de Lyon a en effet délivré ce qu’on appelle un message.

Gérard Collomb a parlé d’une situation “très dégradée” dans les quartiers que l’on dit sensibles et il a même réclamé une “vision d’ensemble pour recréer de la mixité sociale”. Et il a déclaré son inquiétude: “Aujourd’hui on vit côte à côte… je crains que demain on vive face à face“.

Le bon apôtre a-t-il donc constaté cette dégradation, cette absence de vision d’ensemble, et ce danger grandissant, seulement depuis la rentrée des classes ?

Ou bien la situation était meilleure en 2017 et alors il faut très vite rappeler Hollande, et pourquoi pas Manuel Valls.

Ou bien, on peut supposer, au contraire, hypothèse moins polémique et conclusion moins effarante, que la réalité n’a fait que légèrement empirer en 16 mois de pouvoir macronien. Le pays n’a fait que continuer de dégringoler sur une pente déjà observable en 2017. Et, maire de Lyon, entouré de toutes ces superbes banlieues que le monde nous envie, Collomb disposait de toutes les informations nécessaires.

Il parle, dans son propos de passation de pouvoirs, de son expérience ministérielle qui lui a permis de se rendre “dans tous ces quartiers : les quartiers Nord de Marseille, au Mirail à Toulouse, à la périphérie parisienne, Corbeil, Aulnay, Sevran”… où “la situation, conclut-il, est très dégradée.”

Et, certes, personne ne le contredira.

Mais est-ce bien nouveau ? N’est-ce pas applicable dans les agglomérations de Lyon ou de Grenoble, dont il ne cite pas les hauts lieux, parfaitement comparables ?

Le point important ne réside pas seulement d’ailleurs dans l’extension de l’insécurité, des trafics illicites, du communautarisme etc.

Le ministre Collomb insistait même peut-être pour une politique différente de celle qui fut suivie pendant 16 mois. Mais, dans ce cas, il ne s’est alors exprimé qu’en privé ou en petit comité avec un président dont il avait soutenu la campagne, sans que durant cette campagne n’aient évoqué aucunes des questions liées à ce communautarisme délinquant. Pas une seconde l’adjectif islamiste n’a été associé au substantif terrorisme par le candidat Macron.

Collomb est certainement trop fin politique pour ignorer la question du second tour dans le système politique français depuis la Troisième république.

Son prédécesseur à la mairie de Lyon, le regretté, et regrettable, radical-socialiste Herriot a joué toute sa carrière sur ce mécanisme : il se reconnaissait le droit de recueillir, au second tour, les voix des communistes. Herriot a même publié dans ce sens un insupportable “Retour d’URSS” où il nie les crimes du stalinisme, la famine en Ukraine, etc. pour justifier cette convergence.

Mais le même dispositif interdisait toute alliance entre la droite et les nationalistes. En cela, Mitterrand n’a rien inventé et Macron s’apprête à continuer en inventant son clivage entre nationalistes et progressistes en vue des prochaines élections européennes.

Les soi-disant progressistes cela comprend, sans doute, un défenseur du gros argent comme Jacques Attali, auprès duquel Macron commença sa carrière politique en qualité de secrétaire de la “Commission pour la libération de la croissance française” créée en 2007 par Sarkozy. Cela comprend également le secrétaire national du parti communiste Pierre Laurent, dont la ligne ondoyante et subtile tend aujourd’hui à savonner la planche à l’insupportable Mélenchon, mauvais joueur au second tour.

Le système du second tour ne fonctionnera pas aux européennes de 2019. Mais il se lit en filigrane dans toute la vie politique républicaine française : répression antinationaliste, d’un côté, indulgences et accords discrets avec l’extrême gauche, de l’autre, complaisances étendues désormais aux électorats communautaristes. Et c’est ainsi que, depuis des décennies, la France crève.

Collomb ministre de l’Intérieur peut nier aujourd’hui qu’il a participé, dans la campagne présidentielle, puis 16 mois durant au sein du gouvernement à ces magouilles et ces tambouilles. Il ne nous fera pas croire qu’il les ignorait. Il est trop tard pour faire aujourd’hui semblant d’en déplorer les conséquences.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent