Le vaudeville de Beauvau, par Etienne Defay

Ce mardi matin, on apprenait que le Président de la République avait refusé la démission du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, depuis le scénario s’est largement emballé.Car mardi, on apprenait que le ministre maintenait sa démission malgré le refus présidentiel. Et ce mercredi matin, les caméras de Beauvau montraient un Gérard Collomb seul attendant l’arrivée d’Edouard Philippe sensé assurer l’intérim le temps de lui trouver un remplaçant au pied levé.

Une gifle pour Emmanuel Macron

Septième ministre à démissionner en un peu plus d’un an de mandat, Gérard Collomb plante dans le dos présidentiel le poignard le plus aiguisé. Privé désormais de sa caution médiatique (Nicolas Hulot) et de son « père spirituel » (Gérard Collomb), Emmanuel Macron se retrouve esseulé politiquement et connaît de manière douloureuse les affres de la solitude du pouvoir. Un comble pour un président ayant bâti son identité politique sur sa capacité à rassembler. Le grand écart toucherait donc ses limites et la stratégie de l’en même temps semble également prendre un coup dans l’aile.

Entre un Premier ministre passif et un président aux abois, ce onzième mandat de la Ve République pourrait bien être le plus catastrophique. Depuis sa photo prise avec deux jeunes dénudés à Saint-Martin, Emmanuel Macron aura du mal à s’imposer en restaurateur de la dignité de sa fonction. Une fonction déjà bien écornée par son prédécesseur ; pourtant il aura réussi l’exploit de faire pire.

Le bilan Collomb

Rien de bien reluisant pour l’éphémère locataire de la place Beauvau. Gérard Collomb ne laissera pas un souvenir impérissable, hormis celui d’un homme poli et sympathique. Ses seuls faits d’armes resteront accolés à son départ (voir entre autres l’opération de Grande-Synthe en page 3 ainsi que l’arrestation de Rédoine Faïd). Son seul grand discours était celui de sa passation de pouvoir. « La situation est très dégradée dans les quartiers. Le terme de reconquête républicaine y prend tout son sens » a-t-il déclaré devant le Premier ministre. On appréciera la justesse de l’analyse, on déplorera simplement qu’elle vienne si tard et que l’analyste n’ait rien fait lorsqu’il était en poste. Comme si la démission redonnait à l’intéressé sa lucidité et une liberté de parole qui s’accommode mal d’actes concrets. « Aujourd’hui on vit côte à côte… Je crains que demain on vive face à face. » « Déclaration terrible de Gérard Collomb sur les quartiers, qui détruit totalement le mythe du “vivre-ensemble” dont se gargarisent les bien-pensants de droite et de gauche ! » réagit pour sa part le sénateur marseillais Stéphane Ravier (RN). Testament politique que Ponce Pilate n’aurait pas renié tant la responsabilité échoit aussi bien à l’ex ancien maire de Lyon qu’à ses prédécesseurs. Mais que Gérard Collomb se rassure, il en assumera les conséquences aussi depuis la capitale des Gaules.

Entre Manuel Valls visant Barcelone et Gérard Collomb aspirant à retrouver Lyon, l’image mondialisée et cool de la start-up nation en prend un coup. Visiblement, rien ne vaut l’enracinement local, n’est-ce pas Monsieur Le Président ?

Etienne Defay

Article paru dans Présent daté du 26 septembre 2018