Sarcelles, le laboratoire du “vivre-séparé”