Benalla : un OVNI à l’Elysée, par Francis Bergeron

Devant les sénateurs de la commission d’enquête, et pour une séance qui était enregistrée et diffusée publiquement, le Benalla qui s’est exprimé ne ressemblait guère au personnage sûr de lui et dominateur que l’on a pu entendre ici ou là. Ses avocats et les conseillers de l’Elysée et de LREM l’avaient apparemment bien préparé, et le jeune homme, à chaque question, apportait, non pas une réponse, mais un véritable petit exposé.

Les sénateurs n’étaient pas là pour juger les faits reprochés à Benalla. Ce sera le rôle des tribunaux. Il s’agissait pour eux de comprendre qui est vraiment Benalla, c’est-à-dire quel est son domaine de compétence, ce qu’on attendait de lui à l’Elysée, et pour quoi exactement il était (généreusement, surtout quand on se souvient qu’il n’a que 27 ans) payé.

Benalla a commencé par faire un exposé de ses missions. A l’entendre, ses « fonctions », clairement identifiées, étaient purement opérationnelles, techniques : il était en effet censé s’occuper de l’organisation des déplacements du chef de l’Etat sur le territoire français, qu’il s’agisse de déplacements publics ou privés, de l’organisation de certains événements à l’Elysée, de la gestion des cadeaux dont bénéficient les visiteurs du chef de l’Etat, ou que celui-ci leur offre, et aussi de la coordination des services de sécurité, ce qui est déjà d’un tout autre niveau, une mission qui, logiquement, aurait dû revenir à un officier supérieur ou à un policier. Non, c’était à ce jeune homme, dont le seul titre de gloire était apparemment d’avoir appartenu au service d’ordre du Parti socialiste, qu’avait été confiée cette tâche assez délicate, susceptible même de se révéler déterminante, en cas d’alerte grave, terroriste ou militaire.

C’est sans doute dans le cadre de cette dernière fonction que Benalla a eu des accrochages violents avec des hauts fonctionnaires du ministère de l’Intérieur. Devant les sénateurs, il a mis ces incidents sur le compte d’une attitude « corporatiste » de ses interlocuteurs. Mais sans doute ces fonctionnaires avaient-ils surtout exprimé leur mécontentement de voir cet OVNI incompétent venir leur donner des ordres.

Un port d’arme pour des missions de police… qu’il n’avait pas

Puis les sénateurs se sont interrogés sur le port d’arme délivré à Benalla. Etait-il en fait un garde du corps occulte du président ? L’ex-collaborateur de l’Elysée a avoué que ce port d’arme n’avait pas de rapport avec sa fonction, ou alors un rapport très indirect, expliquant que ce port d’arme était lié à sa sécurité personnelle. Etait-il donc menacé ? Mais personne ne le connaissait, avant qu’éclate l’affaire ! Et on a du mal à imaginer que les deux hauts fonctionnaires avec lesquels il s’était disputé l’aient menacé de mort… Tout cela reste bien mystérieux. Comme est brumeuse à souhait sa réponse à la question : portiez-vous cette arme lors de vos missions techniques. « Il a pu arriver que j’aie une arme sur moi, si je venais directement de mon domicile. » Or le port d’arme lui a été délivré pour « des missions de police » qu’il dit ne pas avoir eues. Où est la vérité ?

Et où est la vérité, quand il soutient que son badge de libre circulation à l’Assemblée nationale lui avait été attribué parce qu’il fréquentait la salle des sports située dans son enceinte ?

Quant à son recrutement, il semble avoir été opéré sur intervention directe d’un ponte de l’entourage de Macron, ou sur intervention de Macron lui-même.

Benalla se définit donc comme un lampiste, mais un mystérieux lampiste, qui présente en fait toutes les caractéristiques d’une barbouze ayant eu l’oreille du président. Sur ce plan – et c’est bien ce qui gêne dans ce dossier – Macron semble avoir voulu renouer avec les pratiques les plus insupportables de de Gaulle et de Mitterrand, même si Benalla se situait plutôt dans la catégorie des bébés barbouzes, « plus diseux que faiseux », selon une vieille formule berrichonne (et d’ailleurs).

Francis Bergeron

Article repris du quotidien Présent