Les nouveaux masques du progressisme, par Jean-Gilles Malliarakis

Le groupe parlementaire macronien s’effrite. Non seulement il a officiellement perdu 2 députés avec le départ vers l’UDI de Frédérique Dumas, députée des Hauts-de-Seine, aprés celui, au printemps, de Jean-Michel Clément, mais 59 membres sur 313 avaient refusé de voter pour Richard Ferrand à la présidence de l’Assemblée.

De ce fait et pour la première fois dans l’Histoire de la cinquième république le quatrième personnage de l’État, désigné par 254 parlementaires sur 577 n’a pas été élu par une majorité, encore moins par un consensus.

L’électorat risque à son tour de faire lourdement défaut en mai, au point que le Rassemblement national, lui-même pourtant devenu débandade, peut encore rêver de progresser encore au sein de l’assemblée de Strasbourg, y réduisant d’autant l’audience effective de la France, de la France officielle, au sein des instances de décisions.

L’urgence de retrouver un nouveau souffle idéologique ne peut donc pas échapper au chef de l’État. Lorsque Laurent Fabius, alors présenté pour jeune, fut nommé Premier ministre par François Mitterrand, pour remplacer le pue-la-fritte Mauroy, sac à bière usagé, les flatteurs s’employaient à faire mine de saluer en lui le talent et la fraîcheur. Pensez donc : il allait fêter, en effet, quelques jours plus tard, son 38e anniversaire, âge auquel Jules César était déjà Pontifex Maximus, Robespierre renversé et guillotiné, Thémistocle vainqueur à Marathon et Bonaparte assassin du duc d’Enghien.

Macron, à peine plus âgé, aspire, sans doute, à un destin européen. Il lui faut donc frapper fort. Il lui échoit de renouveler, pense-t-il, les vieux clivages et les vielles étiquettes afin de créer, autour du nouveau monde auquel il aspire, un souffle majoritaire à l’échelle du Continent.

Ne croyons pas à son irréflexion. Il a longuement pesé et soupesé le pour et le contre, les avantages et les inconvénients : une ligne pro-Merkel d’abord, puis une ligne anti-Merkel, et même, avec les textes chèvre-chou de son ministre de l’Intérieur, l’hypothèse de paraître un Salvini avant Salvini, etc.

Mais le vent a tourné. On se rend compte que le vieux truc de Mitterrand pour diviser la droite marche encore, avec la diabolisation du Hongrois Orban. Et les élections en Suède ont prouvé que les adversaires de l’immigration même s’ils obtiennent 26 % des voix en Autriche, 21 % au Danemark, 19 % avec Jobik en Hongrie, 17 % en Italie ou même 29 % en Suisse, hors union européenne, etc. ne disposent encore d’une majorité absolue dans aucun pays.

Dès lors, la décision de Jupiter semble prise : il lui faut apparaître comme le rassembleur de la gauche européenne, et, en même temps, celui qui en renouvelle le contenu, les programmes, les étiquetages, etc.

Un mot est en train de faire florès celui de progressisme. Les derniers en date à l’avoir essayé n’ont pas très bien fini. L’union des jeunes pour le progrès fondée en 1965, organisation des jeunes gaullistes s’est ralliée au chiraquisme et à ses avatars. L’Alliance républicaine pour le progrès créée en 1966 par Tixier-Vignancour ne donne plus guère de ses nouvelles, etc.

Le mot semblait définitivement démonétisé. Mais la ligne de partage qu’il prétend reprendre se rattache à des dialectiques bien plus anciennes. Il s’agit de réintégrer, nous confirme-t-on ainsi gravement, dans l’espace progressiste tout ce qui s’oppose au nationalisme.

Y compris les vieux rogatons du stalinisme ? Et pourquoi pas ? Avant 1956, Khrouchtchev ne parlait-il pas de Staline comme du “phare et guide de l’humanité progressiste”.

N’étaient-ils pas fièrement certifiés progressistes[1] les compagnons de route des années 1950 ?

Progressistes d’hier les chrétiens de gauche qui sont si bien parvenus à vider les églises de leurs fidèles.

Progressistes, encore plus, ceux qu’on appelait les porteurs de valise du FLN, et qu’il était si urgent de réhabiliter en la personne de Maurice Audin.

Seront réputés progressistes par conséquent tous ceux qui aujourd’hui encouragent la migration vers l’Europe. C’est sans doute sur cette base que l’on entend rassembler et donner un nouveau souffle à ce quinquennat qui s’écoule comme un sablier sans que se concrétisent les réformes promises.

[1] On lira dans Sociologie du communisme de Jules Monnerot la réfutation de cet étiquetage

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent