Encore et toujours Frédéric Taddéï !, par Philippe Bilger

On pourrait me dire : Quoi, encore lui ?

Mais je n’allais tout de même pas parler de ce faux remaniement, de ce remplacement poste pour poste qui, après le leurre narcissique et vibrionnesque de Cohn-Bendit nous ayant occupés durant trois jours, a conduit à la nomination de François de Rugy qui, ministre, libérera la place au perchoir de l’Assemblée nationale pour probablement Richard Ferrand même si l’estimable présidente de la Commission des lois est aussi sur les rangs avec Barbara Pompili qui ne doute de rien…

Rien de plus proche des magouilles de l’ancien monde que cet arrangement !

Rien de plus tristement banal aussi que cette désinvolture manifestée à l’égard des sports. On prend un ancien sportif qui a été brillant et on le bombarde ministre sans rien savoir. Il aurait suffi d’un entretien dans le Parisien ! Dans le passé, il y a pourtant eu l’exemple de professionnels qui n’ont pas été à la hauteur de l’honneur qu’on leur avait fait ! Je songe par exemple à Pierre Arpaillange magistrat réputé et au grand sens politique mais mauvais garde des Sceaux. Les sports sont traités à la légère !

On pourrait continuer le questionnement et s’inquiéter de la place que je donne à Frédéric Taddéï (FT) sur ce blog.

D’abord je l’aime bien, sa personnalité m’a toujours plu et j’ai apprécié la tenue, le pluralisme et la liberté des émissions auxquelles il m’a convié.

Ensuite il a su répondre vertement à tous ceux qui le diabolisaient parce qu’il a accepté d’animer “Interdit d’interdire” sur Russia Today (RT) en se félicitant de la liberté qui serait la sienne, en regrettant que le service public ne lui ait pas offert la même et l’ait en quelque sorte abandonné contre toute l’évidence de son aura médiatique et de l’exemplarité dont on le créditait. Et en se moquant totalement “d’être payé par Poutine”…

Enfin – et c’est l’extrême et constante richesse des entretiens avec lui (Causeur) – FT ne parvient jamais à penser “ordinaire” : à juste titre il perçoit l’intelligence et les débats comme un défi, un risque, une épreuve, une avancée et un bonheur. En rappelant, puisqu’il a toujours affirmé que sa seule limite était la loi, qu’il y a des “opinions qui sont des délits. Il n’y a pas à revenir là-dessus”.

Distinguant les vérités scientifiques, donc objectives, incontestables, des données politiques, sociales et culturelles à discuter avec le concert de subjectivités riches souvent de leur désaccord, en refusant d’ostraciser quiconque, même à la réputation sulfureuse, qui serait susceptible d’aider à l’approfondissement du thème choisi, FT, au fond, ne cesse pas de tenir une sorte de discours de la méthode sur le plan médiatique. On est obligé d’admettre que, si généralement sa personnalité est respectée, sa liberté, sa sincérité et sa franchise ne lui gagnent pas naturellement tous les esprits. Pourtant il me semble que si nous étions dans un univers médiatique normal, le point de vue de FT – sa vision, sa pratique et ses critiques – devrait relever d’une forme de banalité qui pourrait se résumer ainsi. A la fois n’avoir pas peur de l’intelligence, chasser l’ennui et respecter le téléspectateur. Si on traite ce dernier comme un imbécile, ne l’étant pas il le deviendra, l’étant on aggravera son état.

Je n’oublie pas non plus sa charge lucide contre la télévision qu’il a qualifiée de “médiocratie” (Le Point), en grande partie à mon sens parce que le journaliste ne sait plus, s’il l’a jamais appris, que pour être bon, comme le rappelle FT, il convient d’accepter de penser contre soi et contre les autres. Contrairement aux apparences il n’est pas si facile de quitter le lit quiet et confortable de soi !

Une dernière interrogation pourrait m’être adressée. Pourquoi ce post sur FT comme si celui-ci était inconnu et avait besoin de voir signalés à autrui ses talents et son apport intellectuel et médiatique ? Précisément mon expérience de lecteur frénétique et de blogueur persévérant m’a démontré qu’il était toujours utile d’attirer la lumière sur une personnalité, des réponses ou une oeuvre qui vous ont conquis. Sinon trop peu les découvriront et j’éprouverai alors cette sensation pénible d’être possesseur d’un trésor mais de manière égoïste. Alors que le partage crée un plaisir sans pareil !

On comprendra mieux dans ces conditions pourquoi je ne me repens pas d’être revenu vers FT.

Encore et toujours.

Philippe Bilger

Texte repris du site Philippebilger.com