Contre l’installation de migrants, un village renonce à sa fête nationale