Marchandages sur l’effort de défense, par Jean-Gilles Malliarakis

Les rencontres atlantiques de ces 11 et 12 juillet, entre Européens et Américains portent sur l’avenir de l’Otan. Peut-être convient-il de mieux situer le contentieux qu’elles s’apprêtent à gérer. Avant même de remonter aux premières années de l’Alliance et à ses principes historiques reportons-nous à 2014.

Le débat remonte en effet à cette année-là. Les pays limitrophes de la Russie avaient assisté, au printemps, à l’affaire de Crimée, puis au développement d’une guerre hybride que Moscou mène dans l’est de l’Ukraine en soutien aux séparatistes.

Les menaces de la Russie poutinienne ressenties dans l’Est européen vont au-delà de la question de frontières théoriquement sanctuarisées par les accords d’Helsinki de 1975. Elles portent sur l’unité, et même sur l’indépendance des pays issus en 1991 de l’Union soviétique. Et cela a conduit à légitimer la marche vers un impératif comptable accepté par tous les alliés.

Il a été situé à échéance de 10 ans, c’est-à-dire pour 2024, à hauteur de 2 % du Produit intérieur brut de chaque pays, à investir dans les moyens matériels de défense. 20 % de cet effort devra être consacré à l’acquisition de nouveaux équipements majeurs, comprenant les dépenses de recherche et développement.

On peut parfaitement s’interroger sur la pertinence de tels ratios statistiques.

En France, par exemple, l’opinion peut désormais paraître majoritairement, sinon unanimement, acquise à la préoccupation militaire. Or, les services de l’Otan en mesurent la concrétisation à seulement 1,81 % en termes de PIB. La Cour des comptes estime, au contraire, que le seuil de 2 % est atteint ou dépassé.

Tout dépend en effet, d’abord, d’une donnée quantitative fluctuante, celle de la richesse produite dans le pays ; et d’autre part une notion qualitative interroge quant à la nature des missions définies par les lois de finances.

Faudra-t-il ainsi incorporer ou non le symbolique projet de service national restreint que la présidence de la république entend instituer et dont l’impact sur la capacité opérationnelle du corps de bataille tendra, de toute évidence, vers zéro ?

Depuis 1960, aussi, la force nucléaire hexagonale a absorbé une part considérable du budget des armées : faut-il la comptabiliser dans le contexte de l’Otan ?

De telles questions font autant de digressions dans un débat où devraient primer celles de l’esprit de défense et de l’effort matériel qu’il suscite.

À y regarder de près, on se rend ainsi compte que seuls quelques gouvernements ont vraiment tenu l’engagement à hauteur de 2 % fixés en 2014. La Grande Bretagne, alliée indéfectible, et à certains égards cavalier du cheval américain, la Grèce dont la préoccupation stratégique est déterminée par la menace d’une Turquie juridiquement alliée mais militairement ennemie, restent hors concours avec respectivement 2,10 % et 2,27 %. Viennent ensuite de manière significative les pays voisins de la Russie : Estonie à 2,14 %, Lettonie à 2 %, Pologne 1,98 %, Lituanie 1,96 %, Roumanie 1,93 %, c’est-à-dire là où les peuples, légitimement et directement, se sentent menacés par la velléité russe affirmée par la maître du pouvoir, de reconstruire l’espace soviétique.

Ce beau résultat de la politique grimaçante de Vladimir Poutine et de ses exactions sanglantes contre la Géorgie en 2008 et contre l’Ukraine depuis 2014, de son ambition de parler comme l’URSS le faisait, d’égal à égal avec l’Occident, doit être mis en perspective avec la réalité d’un budget militaire russe, certes considérable en pourcentage de la richesse effectivement produite par l’économie de ce pays, mais 15 fois plus modeste que celui de l’Otan dont les 2/3 sont assumés par l’Amérique.

Ne perdons pas de vue la part des faux-semblants dans la présentation de cette négociation entre Eurocrates et bureaucrates atlantiques.

Les gros intérêts de l’industrie militaire des États-Unis sont dans de nombreuses circonstances une motivation aussi importante que la nécessaire défense du monde libre.

N’esquivons donc pas non plus la part de bluff dans les propos, et dans les raccourcis sur Twitter, du président Trump. Observons-le désireux de faire pression sur l’Allemagne. On se préoccupe en effet, désormais, après plus de 70 ans de statut punitif, de la faire contribuer plus durement. Rappelons enfin qu’après avoir tenté de resserrer les liens au sein de son propre bloc, l’homme de la Maison Blanche rencontrera le 16 juillet dans la bonne ville d’Helsinki, à défaut de pouvoir le faire à Yalta, son partenaire du Kremlin.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent