Islam : Macron a tout faux

Comme ses prédécesseurs, Emmanuel Macron entend « organiser » l’islam de France, a-t-il annoncé et précisé une nouvelle fois devant le Parlement réuni en Congrès. Mais, lui, ne veut pas seulement susciter une instance représentative avec laquelle les pouvoirs publics pourraient dialoguer, il se propose, en plus, de régler la question du financement des mosquées, celle de la formation des imams et réguler le marché du hallal. Vaste programme ! L’organisation de l’islam en France s’est toujours heurtée à ses divisions internes, à la mainmise des Etats étrangers sur leurs ressortissants et leurs lieux de culte, à la volonté des industriels du hallal de conserver leur pré carré et les revenus afférents. Mais aussi à l’indifférence de la grande masse des musulmans qui n’ont que faire de quelque structure prétendant les encadrer alors que l’islam, dans sa forme sunnite, ne connaît pas de hiérarchie, ni quelque autorité verticale.

Pourquoi l’actuel chef de l’Etat réussirait-il là où les autres ont échoué ? Réponse : parce qu’il l’a décidé ! Exécution ! Il a même prévu un calendrier, il y aura « dès l’automne un cadre et des règles ». Il croit, en technocrate, qu’il en est de l’islam comme du droit social ou de la politique fiscale, il faut et il suffit de définir quelle réforme est nécessaire et de l’appliquer au pas de charge. On a compris que cette étatisation de l’islam vise à soustraire les musulmans à l’influence des « extrémistes » qui nourrissent le terrorisme islamique en lui fournissant des troupes. Néanmoins, le président a cru devoir déclarer : « La République n’a aucune raison d’être en difficulté avec l’islam » à condition qu’on le confie à de bons bergers pour en écarter les mauvais, alors tout ira bien. Mais comment distinguer les uns des autres ? Très simple : les mauvais, explique Macron, ont « une lecture radicale, agressive de l’islam, dont les principes n’obéissent pas à des mots d’ordre religieux ». Les bons ont donc une lecture pacifique et se cantonnent à des principes « d’ordre religieux ». Comment avec un diagnostic aussi faux, trahissant son ignorance de l’islam, pourrait-il avoir une réaction juste ? Car ce n’est pas la lecture du Coran qui est « agressive » chez les terroristes islamistes, c’est le Coran lui-même qui est agressif, on ne peut citer ici toutes les sourates qui exigent la mort des « mécréants » et justifient celle des « associateurs » (les chrétiens.) Et ce sont là des principes religieux. Le chef de l’Etat, sur l’islam, a tout faux. L’Etat laïc n’a pas à décider quelle est la bonne lecture de la doctrine musulmane, comme le fait Emmanuel Macron, mué à l’occasion en docteur ès sciences islamiques, mais seulement à combattre, au nom de la sécurité et de l’ordre public, les conséquences criminelles de son application par des musulmans.

Ajoutons que les musulmans officiels, républicains, « modérés », ayant une « bonne » lecture du Coran, qui seront portés à la tête de l’instance voulue par Emmanuel Macron, seront aussitôt dénoncés par les djihadistes qui verront en eux des traîtres à abattre, pires que les « mécréants ». On sera loin d’« un cadre rénové, d’une concorde retrouvée » que porte, selon lui, sa réorganisation de l’islam.

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 11 juillet 2018