L’immigration, l’émotionnel et l’Europe, par Jean-Gilles Malliarakis

La quasi-crise gouvernementale allemande semble donc avoir été surmontée. Madame Merkel paraît s’être pliée aux conditions des partisans d’une politique plus restrictive de l’immigration et de l’asile. Voilà qui pourrait bien annoncer la confirmation d’une poussée continentale qu’il est de bon ton de qualifier de populiste, sans doute parce qu’elle répond au sentiment et à l’opinion des peuples.

Dans sa chronique politique, en date du 26 juin[1], Guillaume de Thieulloy dénonçait en effet la dictature de l’émotion dans le traitement de l’immigration. Cette critique, certes justifiée dans la plupart des circonstances, n’empêche pas la possibilité d’un retournement des forces émotionnelles.

Ainsi, trois jours plus tard, dans la nuit du 28 au 29 juin, un accord européen de type chèvre chou était intervenu, largement inattendu et curieusement commenté.

Certains bons esprits s’étaient préoccupés, en effet, depuis l’élection législative italienne du 4 mars de savoir si l’Italie pouvait sortir de l’Europe. La formation, le 1er juin, du gouvernement de Giuseppe Conte a porté cette hypothèse à un haut degré de scandale et de sottise, pour ne pas parler de ridicule.

La première question aurait dû consister plutôt à se demander d’abord si l’on peut concevoir une Europe sans l’Italie, sans Rome, sans Florence, sans Venise, etc. L’absurde mène à l’invraisemblable.

Le questionnement même repose sur le maintien d’une confusion. Depuis la nuit des temps, l’Europe, continent dont les frontières extérieures se situent principalement à l’est, est habitée d’une famille de nations et de peuples apparentés. Elle ne s’est jamais réduite aux fragiles institutions d’un ensemble qui s’appelle, depuis 1993 c’est-à-dire depuis 25 ans, l’Union européenne.

La chose étant impossible, y compris dans le cadre des institutions actuelles, il a bien fallu tenir compte d’une “autre” émotion, différente de celle des groupuscules subventionnaires que l’on appelle, en langue bois médiatique “les associations”.

Celle du peuple italien paraît sans doute au moins aussi partagée majoritairement par les peuples autrichien, hongrois, polonais, danois, tchèque, slovaque, bulgare, néerlandais et clairement aussi par les Bavarois. J’ai cru comprendre que l’une des causes fondamentales de la victoire du Brexit en Angleterre en 2016 tenait à une émotion du même type. D’importantes minorités la partagent y compris dans les pays bien pensants et bien pourvus.

On aurait pu se souvenir de l’époque où Chirac et son Premier ministre Jospin en France en communion avec le gouvernement belge avaient envisagé de sanctionner l’Autriche pour avoir mal voté et laissé accéder au pouvoir, en février 2000, après 30 ans de règne social-démocrate, une coalition conservatrice dirigée par Wolfgang Schüssel démocrate-chrétien allié aux libéraux-autrichiens du FPÖ.

Le professeur moraliste Marc Uyttendaele, s’exprimant dans l’excellent quotidien bruxellois Le Soir rappelait déjà en décembre 2017 “qu’il s’était agi de stigmatiser le réveil de la peste brune en Europe. Louis Michel avait conseillé aux Belges de ne plus aller skier en Autriche. Hervé Hasquin avait suspendu les classes de neige dans ce pays. André Flahaut avait interdit aux militaires de participer à un championnat de ski. Martine Aubry et Laurette Onkelinx avaient refusé de participer aux débats d’un sommet européen quand un ministre autrichien s’exprimait.”[2]

On ne peut s’empêcher de sourire à l’évocation de ces terribles sanctions franco-belges contre la politique de Vienne. Elles demeurèrent minoritaires au sein de l’Union européenne et se traduisirent par un gros plouf. Et, imperturbable, l’auteur de l’article de conclure tristement : “Bien sûr, la réal politique avait fini par prendre le dessus.”

Sauf erreur l’émotion, dont on prétendait et dont on prétend encore se prévaloir à Paris, n’avait guère franchi alors les limites du boulevard périphérique.

[1] cf. Les 4 Vérités Hebdo édition papier n°1150 daté du 29 juin 2018, éditorial daté du 26.
[2] cf. Le Soir le 22 décembre 2017

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent