Matteo Salvini en Libye déterminé à enrayer l’immigration illégale

26/06/2018 – INTERNATIONAL (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Depuis l’entrée en fonction du gouvernement populiste en Italie le 1er juin, le patron de la Ligue Matteo Salvini multiplie les déclarations provocatrices pour affirmer sa politique : le refus d’accueillir l’Aquarius, ou les annonces sur les Roms clandestins.

Alors que s’organisait à Bruxelles le sommet sur l’immigration qui n’a abouti, bien sûr, sur aucune solution concrète, il a salué dimanche l’intervention des autorités libyennes, qui ont recueilli en mer et ramené en Libye plus de 820 clandestins.

Et hier, lundi 25 juin, Matteo Salvini a effectué une visite officielle en Libye ?

À Tripoli, il a affirmé que l’Italie allait proposer l’installation, d’un commun accord avec les autorités libyennes, de, je cite, « centres d’accueil et d’identification au sud de la Libye, à sa frontière externe, pour aider autant que possible l’Italie à bloquer la migration ». Lors du sommet européen, la France et l’Espagne avait proposé ce samedi des « centres fermés » sur les côtes européennes. Ce à quoi Salvini avait répondu sur Twitter : « Des hotspots d’accueil en Italie ? Ce serait un problème pour nous et pour la Libye elle-même parce que les flux de la mort ne s’interrompront pas ».

Les ONG ont été sommées par l’Italie de ne plus intervenir dans les opérations de sauvetage

Il a en effet souligné la nécessité de renforcer la souveraineté libyenne sur l’espace maritime. Au contraire, il fustige l’action des ONG humanitaires, faisant savoir que plus aucun de leurs navires ne pourrait accoster en Italie pour y débarquer les clandestins recueillis en mer. Lundi, dans un entretien donné à La Repubblica, le vice-premier ministre libyen Ahmed Miitig a appuyé sur la collaboration « décisive » entre Tripoli et le gouvernement italien : « Les trafiquants qui font venir les migrants en Italie sont pour nous des bandes criminelles dangereuses, qui ne permettent pas à la Libye de faire des pas en avant en direction d’une difficile normalisation ».