Macron autoritaire face aux populistes, par Guy Rouvrais

La lèpre ! Le nationalisme, le souverainisme ou ce qu’il appelle le populisme, c’est la lèpre qui part à l’assaut de l’Europe et défigure son visage. Ainsi a parlé Emmanuel Macron jeudi en Bretagne où il était venu évoquer les problèmes locaux. Mais, en proie à une froide colère, il s’est écarté de son discours pour désigner ces lépreux et les vouer à la vindicte de ses auditeurs : « Vous les voyez monter, comme une lèpre, un peu partout en Europe, dans des pays où nous pensions que c’était impossible de [les] voir réapparaître. » Il ajoute : « On s’habitue à tous les extrêmes, dans des pays qui, depuis des années, sont pourtant proeuropéens comme nous. » Mais, pas un instant, il ne s’interroge pour savoir comment et pourquoi l’Italie, de favorable à l’Union, y est devenue hostile ! C’est aussi cette bonne conscience satisfaite qui est effrayante. Il ne reconnaît pas la moindre responsabilité à lui-même comme à ses pairs dans le désaveu des urnes un peu partout dans l’UE.

Au-delà de l’Aquarius et nos voisins transalpins, il s’en prend à ceux qui résistent, en France et en Europe, à sa chimère fédéraliste. C’en est fini de son œcuménisme doucereux, de son désir de « parler avec tous », de sa volonté de « convaincre » plutôt que d’« imposer », c’est son autoritarisme qui l’emporte avec l’injure et la calomnie. Car il accuse ses adversaires de « détester l’Europe » et cela « depuis longtemps », ajoute-t-il. Ce mensonge prouve qu’il n’a rien compris à ce qui fonde l’opposition à Bruxelles et au Conseil européen.

C’est, au contraire, parce que les souverainistes et les nationalistes aiment l’Europe, son histoire, ses traditions, sa religion, sa culture, ses chants et ses légendes, ses héros et ses saints, et qu’ils veulent les conserver avec piété, qu’ils refusent celle de l’Union européenne telle qu’elle est, celle des financiers, des technocrates qui veulent étouffer la liberté et l’âme des peuples au nom de la mondialisation financière, celle qui ouvre nos frontières aux « migrants » et à l’islam, une Europe incapable de protéger la civilisation qui a contribué pendant des siècles à la grandeur et la prospérité du monde. Ce sain réflexe des Européens qui ne veulent pas mourir en laissant la place à d’autres venus d’ailleurs, c’est ce que le chef de l’Etat appelle la « bêtise » des « nationalismes ».

La lèpre ! Imaginons un instant qu’un de ceux que fustige le président de la République ait appliqué le terme aux « migrants » : « Vous les voyez monter, comme une lèpre, un peu partout, en Europe… » A n’en pas douter, les ligues de vertu « antiracistes » auraient saisi les tribunaux pour livrer à la justice ceux qui osent assimiler les « migrants » à une lèpre, une maladie ayant longtemps entraîné l’exclusion sociale des malheureux qui en étaient atteints. Mais les lépreux, pour lui, ce sont les patriotes. Que faire ? Les enfermer dans des léproseries ? Un historien de cette maladie rappelle que « sous les peines corporelles les plus sévères, on interdit l’accès des maisons, des lieux publics, voire même des villes, aux lépreux ». Il fallait éviter la contagion. Le patriotisme est contagieux. Il gagne l’Europe de jour en jour. En traitant les patriotes de cette injurieuse manière, Emmanuel Macron est involontairement un agent propagateur.

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 22 juin 2018