Bruxelles ou la citadelle assiégée, par Guy Rouvrais

Bruxelles a les yeux fixés sur l’Italie et la « crise » qu’elle engendre au niveau européen. Que faire ? Que faire des « migrants » ? Comment mettre Rome à la « raison » ? C’est là vision de myope. Car au-delà du cas italien, c’est l’ensemble de l’Union européenne qui se délite. C’est la crise d’un système en bout de course. De l’est à l’ouest de l’Europe, monte la marée de ce que les bien-pensants appellent le « populisme » mais qui n’est autre que le sain réflexe des nations pour leur survie, celles qui refusent que des peuples étrangers colonisent leur territoire, y apportant leurs mœurs et leur religion.

Hier, c’était la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, maintenant c’est l’Autriche qui rejoint le camp du non à la politique migratoire bruxelloise. Et même l’Allemagne de Merkel est touchée, qui doit tenir compte de la progression sans cesse croissante des nationaux de l’AfD. Angela Merkel ne pourrait plus laisser les frontières ouvertes à un million de prétendus « réfugiés » sans provoquer une crise grave dans le pays et au sein du gouvernement où le ministre de l’Intérieur a déjà exprimé son désaccord avec celle qui en est le chef.

Bruxelles est une citadelle assiégée mais continue de tancer les uns, d’exercer des représailles financières sur les autres, ou d’en déférer certains autres devant la justice européenne. Le sol se dérobe sous leurs pieds et nos eurocrates font comme si de rien n’était, comme si les peuples restaient partisans d’une « union toujours plus étroite », selon Maastricht, et subissaient dans la joie ce que Jacques Delors, dans ses Mémoires, appelait « une sorte de doux despotisme éclairé » qui est celui de la Commission européenne. Non seulement le despotisme est toujours là, mais, loin d’être éclairé, il est aveugle et, s’il est doux aux « migrants », il est dur aux autochtones.

Il n’y a pas de sens de l’Histoire. Ou, plutôt, il est celui que font les hommes, ce n’est pas une fatalité commandée par l’économie, mais le fruit d’agents libres. Or, si l’on voit tous les signes qui s’accumulent depuis quelques décennies, ils vont tous dans le même sens, celui d’une décomposition de l’Union européenne.

Du referendum sur la ratification du traité de Maastricht, présenté comme fondateur mais qui n’a été approuvé que de justesse, au retrait de la Grande-Bretagne, en passant par le non à la constitution européenne, toutes les consultations signent le désenchantement puis le rejet engendrés par cette Europe. De même, les élections dans les pays de l’Est et de l’Ouest voient soit la victoire de ceux qui refusent cette Europe soit leur progression spectaculaire. Ce qui est arrivé en Italie s’inscrit dans cette dynamique-là. On ne voit pas ce qui peut l’arrêter, Bruxelles n’ayant remédié à aucun des maux que dénoncent les souverainistes. Le principal étant son incapacité à protéger les frontières de l’Union européenne de ceux qui veulent s’y installer sans demander notre avis. Au Parlement de Strasbourg, il y a déjà un quart des députés qui mettent l’intérêt national au-dessus de ceux de l’UE. Il se peut que l’année prochaine ils soient la majorité et donnent ainsi le coup de grâce à une Union agonisante.

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 15 juin 2018