De la pluralité des droites et de leur union, par Jean-Gilles Malliarakis

On entend beaucoup parler ces derniers temps de l’union de la droite. Nécessité pour les uns. Effroyable perspective pour les autres.[1] Les gens de gauche et d’extrême gauche l’évoquent actuellement comme une horreur. Ils en pressentent les prémices au gré de divers événements, manifestations et parutions.[2] Ils s’emploient bien sûr à en condamner l’hypothèse même. Et, en contrepartie, nombre de droitiers, pas assez nombreux et je le regrette, s’en félicitent par avance. On ne s’étonnera pas d’une telle asymétrie.

Je préfère pour ma part le concept d’une union, d’une entente, des droites, au pluriel.

Tous les travaux historiques ou sociologiques un peu sérieux font, en effet, apparaître l’existence de droites aux perspectives fort diverses.

Sans faire de René Rémond un père de l’Église, on pourra partir par exemple de sa théorie[3] devenue presque classique, celle des trois strates constitutives de la droite française. Celle-ci procède, selon lui, des héritages du légitimisme[4], de l’orléanisme et du bonapartisme. Nous pouvons, nous devons accepter de considérer qu’à l’origine, le parti de l’ordre est constitué par les défenseurs d’une droite catholique, sachant certes qu’il existe aussi une droite voltairienne etc.

Le livre de René Rémond, démocrate-chrétien caractéristique de son temps, peu sympathisant de son sujet, est paru en 1954. Je l’ai lu, âgé moi-même de 20 ans, bien sagement, 10 ans après sa parution. J’avoue avoir préféré à l’époque le travail de Jacques Ploncard d’Assac[5]. Dans les années suivantes sont arrivés les deux livres de Plumyène et Lasierra[6], selon moi très importants. En 1978, apparaît la campagne du Nouvel Observateur destinée à démonétiser ce que les amis de Jean Daniel baptisèrent la nouvelle droite. Enfin à partir de la présidence Mitterrand s’est déroulée la longue séquence, en voie d’extinction, de danse du scalp autour du lepénisme, désormais stigmatisé en tant que populisme.

Depuis on peut quand même s’interroger sur d’autres composantes des droites françaises, d’autres apports, celui résultant des institutions de la cinquième république en tant que telles, des guerres d’Indochine et d’Algérie et de la guerre froide, mais aussi du poujadisme et des attitudes face au phénomène technocratique, du libéralisme économique proprement dit, de la gestation et de la critique de l’Union européenne, etc. Pas facile de continuer à réduire comme le suggère René Rémond le gaullisme au boulangisme, lequel ne serait pas autre chose que le bonapartisme. Fausse équation.

Rappelons donc qu’il existe d’autres apports. Certains Français ont pu lire ou s’intéresser à des penseurs étrangers, à des événements qui ne concernent pas seulement un certain parisianisme. Il existe même des citoyens de la république adhérents du régionalisme, des lecteurs de Hayek ou de Soljenitsyne, des admirateurs du parti conservateur et des institutions britanniques, des amis des conservateurs américains, etc. qu’il semble difficile de classer à gauche.

Le légitimisme de base se serait-il par exemple aussi, dissout dans l’Action française. Ce mouvement aura été plus divers que ne le croient ses détracteurs systématiques. Comme courant de pensée Rémond la déteste. Mais elle aura irrigué, en bien comme en mal, la pensée politique de notre pays, au moins jusqu’à la mort de Maurras en 1952, et, fort évidemment, bien au-delà. La question de l’interférence et de la contradiction entre gaullisme et maurrassisme reste ouverte. Notre politologue lui-même observe de l’AF et de son nationalisme intégral qu’elle professe une doctrine légitimiste, s’adressant à un public bonapartiste et cherchant à rallier l’opinion à un prétendant orléaniste. Au-delà de la formule, presque humoristique, trait qui ne caractérise pas trop souvent son auteur, on admettra qu’elle fait exploser ses théories, thèses et théorèmes.

Sur tous les sujets il existe, en effet, des sensibilités, des familles, des débats au sein des droites. Cela justifie qu’on les envisage au pluriel, ce qui justifie aussi un respect réciproque, la fin des exclusives politiciennes et leur réapparition dans le paysage d’une vie civique véritable et équilibrée.

[1] Dès 1998 j’ai, pour ma part, critiqué l’attitude, [alors parfaitement] stupide, de la droite institutionnelle à ce sujet, dans un petit livre intitulé “La Droite la plus suicidaire du monde” qu’on peut encore se procurer.

[2] Notamment l’essor de journaux papiers, comme Valeurs actuelles, L’Incorrect ou Causeur osant exister à uen époque où l’on croit que ce mode d’expression est condamné au tribunal de Facebook et autres prétendus réseaux sociaux. Ceci est insupportable aux yeux des actuels censeurs.

[3] Thèse qu’il développe dans “Les Droites en France” Aubier, 1954, 544 pages.

[4] Les mots étant souvent utilisés à tort et à travers rappelons à ce sujet que le légitimisme, terme aujourd’hui confondu avec son exact contraire le légalisme, consiste par définition, historiquement, quand l’idée apparaît, à invoquer le bon droit, celui des Bourbons contre le faux droit des partisans de Louis-Philippe.

[5] Et notamment ses “Doctrines du Nationalisme” dont la première édition remonte à 1959. Réimprimé par les Éditions de Chiré en 1978.

[6] Jean Plumyène et Raymond Lasierra “Le Complexe de droite” 240 pages publié en 1969 chez Flammarion qui ne l’a pas réédité mais qu’on trouve sans difficulté en occasion à un petit prix. Ce livre faisait suite à leur excellent “Complexe de gauche” paru deux ans plus tôt en 1967 chez le même éditeur avec le même destin.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent