Libéralisation de l’avortement en Irlande : et après ?

28/05/2018 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Avec près de 66% de votes favorables, les Irlandais appelés aux urnes se sont prononcés pour la suppression du 8ème amendement de la Constitution interdisant l’avortement. Dans ce pays, l’avortement était passible de 14 ans de prison, même en cas de viol, d’inceste ou de malformation du fœtus. Mis à part Chypre, Malte et la Pologne qui conservent un régime d’interdiction totale, les autres États de l’Union Européenne ont mis en place des législations plus ou moins permissives.

Les lobbies pro-avortement n’ont pas manqué de mettre en avant l’hypocrisie de la constitution actuelle qui permet d’aller avorter à l’étranger ?

Le Premier ministre d’Irlande, Léo Varadkar, médecin de profession, longtemps hostile à l’avortement, a fait campagne pour le OUI afin d’assouplir la réglementation actuelle. Pour autant, la « victoire » du 25 mai ne signifie pas que l’avortement pourra être pratiqué en Irlande dans n’importe quelle condition : le débat est loin d’être clos entre un « un droit à disposer de son corps » , et un droit à la vie de l’enfant à naître. Une loi devra être soumise au Parlement, afin de préciser les modalités d’exercice de l’avortement avec notamment la possible « clause de conscience » dont pourraient bénéficier les médecins.