Ménard agressé par des militants de gauche, par Francis Bergeron

Le samedi 5 mai le maire de Béziers, Robert Ménard, se rendait à une réunion politique à Saint-André-de-Cubzac, au nord du département de la Gironde. Il s’agissait de participer à un débat sur le thème des rapprochements possibles entre la droite gestionnaire et la droite hors-les-murs. Il est vrai que les lignes de fracture évoluent très rapidement, en ce moment, que le paysage est en train de changer.

Les « forces de gauche » (et de progrès) avaient décidé de s’opposer à la venue de Robert Ménard dans la ville.

Au premier tour des présidentielles, Marine Le Pen avait recueilli là un quart des suffrages. La population locale est très réceptive aux thèmes de la droite nationale. Aussi le dénommé Aziz Skalli, grand démocrate local, « référent » de La République en Marche, avait-il appelé à s’opposer à la venue et aux « méthodes » de Robert Ménard.

Quelles méthodes ? Les violences physiques pour empêcher un adversaire politique de s’exprimer ? A priori, c’est du côté des amis de M. Skalli que ces méthodes sont pratiquées. car son appel à interdire la liberté d’expression a trouvé des relais, et lorsque le maire de Béziers s’est présenté à l’entrée de la salle de réunion, il a été frappé par une poignée d’individus, qui l’ont jeté à terre. Certains de ces cogneurs portaient des bannières de La France insoumise, comme on peut le voir sur les films pris à cette occasion. Les journalistes étaient en nombre, également, pour assister au lynchage. Quant aux forces de l’ordre, parfaitement informées du guet-apens, elles n’avaient pas reçu mission de protéger l’élu de Béziers.

Finalement, Robert Ménard a pu être dégagé. Mais l’agression se situe dans une parfaite continuité avec les violences enregistrées ces dernières semaines, un peu partout, et qui ont culminé lors des attaques des « black blocs », des formes de violence susceptibles d’évoluer ensuite vers les voies d’un terrorisme de gauche du type Action directe. Après le terrorisme islamiste, ou en cumul avec le terrorisme islamiste, ce serait évidemment une « exception française » dans l’Europe et le monde d’aujourd’hui que de connaître ce retour du terrorisme gauchiste.

Du « ragoût de phalange » pour une élue

A l’issue de l’affaire de Saint-André-de-Cubzac, une conseillère municipale de la ville, la dénommée Sandrine Hernandez, par ailleurs chargée de coopérations territoriales à Bordeaux métropole (fonctionnaire), a envoyé un tweet assez ahurissant : « Ménard a chuté à Saint-André-de-Cubzac… Je suis pour les mouvements pacifistes mais je dois avouer que le voir manger de la pierre cubzaguaise, c’est pas déplaisant. » Bien évidemment, les réseaux sociaux se sont déchaînés, fustigeant l’élue, « pacifiste » mais qui aime que les adversaires « mangent de la pierre ». Parmi les innombrables messages de soutien à Robert Ménard qui ont envahi la toile, certains internautes se proposent, pour leur part, de faire manger du « ragoût de phalange » à cette élue, expression d’origine militaire ou bordelaise, semble-t-il !

D’autres soulignent que l’élue, propriétaire d’une maison d’hôtes, Le Moulin du 45e, à Saint-André-de-Cubzac, a pour le moins une curieuse façon d’accueillir les hôtes, en répondant à un passage dans sa ville par un… passage à tabac !

Francis Bergeron

Article repris du quotidien Présent