Mort de Winnie Mandela : derrière l’égérie anti-apartheid, la militante extrémiste

04/04/2018 – INTERNATIONAL (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Lundi dernier, l’ex-femme de Nelson Mandela est décédée à l’âge de 82 ans. Décrite comme une icône de la lutte contre l’apartheid, sa vie fut en réalité moins reluisante par rapport à ce que l’on en retient.

Incarnant l’aile dure de l’ANC, elle accusa le président Mandela de trahir la cause noire lors des négociations avec le dernier président blanc d’Afrique du Sud, Frederik de Klerk.

Lorsque Mandela était encore en prison, elle fit sien le slogan « Un Boer, une balle ».

Dans un discours de 1985, elle justifia le supplice du pneu enflammé autour du cou des « traîtres » noirs. En 1991, elle est reconnue coupable de complicité dans l’enlèvement et l’assassinat d’un adolescent.

Nommée au premier gouvernement post-apartheid en 1994, elle doit démissionner pour insubordination et corruption.