Un rapport suédois estime que l’immigration doit être compensée par une augmentation d’impôts

03/04/2018 – SUEDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
D’après les chiffres de la Statistics Sweden, en moyenne, de 2000 à 2018, le nombre d’entrées d’étrangers sur le territoire a plus que triplé chaque année. La contribution la plus importante n’est pas celle des voisins européens. Au prorata de la population de 10 millions de Suédois, cette vague est l’une des plus importantes au sein de l’UE.

Le problème n’est pas vraiment nouveau pourtant.

Déjà en 2015, l’économiste Jan Tullberg estimait les coûts financiers liés à la migration dans le pays en 2015 à plus de 62 milliards d’euros. Le ministre des Finances, issue du gouvernement de centre-gauche, avait d’ailleurs à la même époque présenté un budget spécial pour pouvoir accueillir tous ces demandeurs d’asile.

Quelles en sont les conséquences ?

Fdesouche traduit un article du quotidien suédois SVD. Celui-ci résume un rapport de l’Institut National Suédois de Recherche Économique.

Le taux de chômage de ces clandestins est bien plus élevé que le reste de la population : il est de 21% contre moins de 4% pour les locaux. Les communes, qui sont censées les prendre en charge ont en outre utilisé toutes leurs capacités d’hébergement. À cela s’ajoutent les fraudes à l’aide sociale. Pour un clandestin par exemple, se déclarer mineurs est plus avantageux. Aussi, nombreux sont ceux qui n’hésitent pas à faire une fausse déclaration pour tirer le maximum de bénéfices du système d’entraide européen. 90 % des migrants « mineurs » marocains seraient en réalité majeurs par exemple.

Ainsi, la qualité des services sociaux ne peut finalement être maintenue.

La solution proposée est d’augmenter les impôts municipaux pour financer le cout de l’immigration. Cependant, on n’y précise pas que le modèle suédois a été calculé pour une population homogène et de plein emploi. Il suppose que toute la population active contribue à son financement. Depuis quelques années, les inégalités augmentent et la société suédoise devient hétérogène. Le changement de population met donc danger, avant un simple système social, un véritable compromis social.