Loi anti-fausses nouvelles, la menace se précise

12/03/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Pour se soustraire à l’obligation de saisir le Conseil d’Etat pour « avis », c’est un député de la Commission Culture et non le gouvernement qui proposera dans quelques semaines à l’Assemblée, un texte visant à combattre les « fausses nouvelles », une traduction bien approximative de « fake news », de nature à comporter de nombreuses ambiguïtés. Car existe-t-il toujours un critère objectif permettant de dire si une nouvelle est « fausse » ou « faussée » et sur quel fondement ce pouvoir d’appréciation serait-il confié au juge ?

Mais, quel est donc le but poursuivi ?

Il s’agit, nous dit-on, de faire cesser les « fausses nouvelles » en période électorale et de lutter contre le racisme et l’antisémitisme sur Internet. Invité au traditionnel dîner du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France, Emmanuel Macron a d’ailleurs déclaré –je cite- vouloir « faire la guerre à la cyber-haine ». Il confie officiellement au vice-président du CRIF et à l’écrivain franco-algérien Karim Amellal, une mission d’étude sur la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Ainsi, au nom de la défense du politiquement correct, tout un arsenal de mesures seront proposées :

Le renforcement du pouvoir du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, la surveillance accrue des sites internet suspectés d’être sous influence étrangère, la mise en place d’une procédure de référé judiciaire. Ainsi un juge pourra ordonner le déréférencement d’un site, le retrait d’un contenu, la fermeture d’un compte utilisateur ou encore le blocage d’un accès à internet.

Un projet qui n’a pas manqué d’alarmer Dominique Pradalié, secrétaire générale du SNJ Syndicat National des Journalistes qui déclare sur RT France, à l’occasion du centenaire de ce syndicat: « si ça se passait en Pologne, tout le monde crierait ! ».