Le Premier ministre tchèque persiste et signe : « Nous n’accueillerons aucun migrant. Pas un seul »