La loi asile et immigration présentée en conseil des ministres

22/02/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Ce mercredi le projet de loi sur l’asile et l’immigration porté par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a été présenté par le gouvernement. Ce texte a été fièrement annoncé par le premier ministre comme à la fois efficace et humaniste. En tentant de manger aux deux râteliers, il s’avère que ce projet de loi ne plaît ni à la droite ni à la gauche, et manifestement répond encore moins aux attentes des français.

Quelles sont les mesures contenues dans ce projet ?

On y retrouve des mesures censées faciliter les expulsions, comme le doublement de la durée maximale de rétention administrative. Ainsi il sera possible de retenir plus longtemps dans l’attente de sa reconduite à la frontière un immigré faisant l’objet d’une décision d’éloignement. Ce changement technique ne ferait que rapprocher la France de la moyenne européenne, et en aucun cas ne renversera la politique migratoire actuelle. Pour autant nombre d’associations d’aide aux immigrés se sont élevées contre cette mesure. Avec elles se sont outrés nombre de députés de la République En Marche. La réduction à 15 jours du délais de recours pour les déboutés du droit d’asile a elle aussi été jugé dure par ces mêmes indignés.

Ces points qualifiés de mesures phares du projet semblent finalement assez timorées.

En effet, mais il en est de beaucoup plus franches qui progressent dans la direction opposée. Celles-ci sont beaucoup moins mises en avant par le gouvernement. On peut citer notamment l’extension du regroupement familial aux frères et sœurs des soi disant réfugiés mineurs. Quand on sait la facilité avec laquelle le statut de réfugié est accordé, et la propension qu’ont les immigrés de tout âges à se déclarer mineurs afin d’obtenir plus encore d’avantages on voit le danger représenté par cette mesure. Logiquement les députés du front national ainsi que des républicains ont déclaré s’opposer à celtte mesure, ainsi qu’au projet en général.

Finalement, il semble que ce projet de loi qualifié ci et là de dur et régressif sera au mieux inefficace, et au pire rendra la politique migratoire de la France plus suicidaire encore.

En effet, et il va ainsi à l’encontre totale de la volonté des français, qui rappelons le sont selon les sondages quasiment deux tiers à juger qu’il y a trop d’immigrés en France et à réclamer une politique migratoire plus dure.