Arrivée de djihadistes tunisiens en Europe : fake news du Guardian ou fuite d’Interpol ?

Des djihadistes tunisiens sont-ils arrivés récemment en Europe ? Oui, selon le quotidien anglais The Guardian sur la base d’informations d’Interpol. À peine divulguées, ces informations ont fait l’objet d’un démenti tant du Ministère de l’intérieur italien que tunisien. Une guerre de l’information aurait-elle lieu à ce sujet ? Décryptage.

The Guardian ouvre le débat…

Le 31 janvier 2018, à 10h30, le quotidien britannique The Guardian consacre un article sur « une liste de 50 combattants de l’Etat Islamique » qui pourraient être arrivés en Italie. La liste que s’est procurée The Guardian aurait été établie par le secrétaire général de l’organisation Interpol (l’organisation internationale de coopération des polices) et aurait été diffusée le 29 novembre 2017 aux agences d’antiterrorisme européennes. Selon le journal sur la base d’informations d’Interpol, les terroristes auraient accosté en Italie à bord de bateaux non identifiés. Ils seraient arrivés en Sicile, à Agrigente, le point d’arrivée le plus « populaire » des migrants tunisiens souhaitant rallier l’Europe. Le quotidien britannique précise que le Ministre de l’intérieur italien a indiqué qu’il n’avait pas été informé de cette liste de 50 terroristes.

…et provoque de l’inquiétude

Le même jour, à 15h, en introduction à un article sur ce sujet, la chaine LCI invite à la « méfiance ». « L’information a de quoi susciter l’inquiétude ». La chaine s’interroge sur le fait que les 50 tunisiens arrivés en Italie compteraient parmi les « 173 combattants présumés de Daech, qui, selon Interpol, auraient pu être entraînés à commettre des attentats en Europe pour venger les défaites militaires de l’organisation terroriste en Syrie et en Irak ».

L’information de l’arrivée de terroristes sur le sol européen est rapidement reprise par le site African Manager, Valeurs actuelles et plusieurs sites d’information anglophones : International Business Times, Politico, Ansa, etc.

Les démentis arrivent

Les démentis des Ministres de l’intérieur tunisien et italien seront rapides et reproduits par des médias du Maghreb et d’autres organes d’information :

La radio tunisienne Shemsfm rapporte la position du « département de l’Intérieur (qui) dément cette information sur la base des données qu’il détient et des travaux d’investigation menés par ses différents services sécuritaires à la suite de toutes les tentatives d’émigration clandestine avortées ».

Le site Maghreb émergent reproduit le démenti du ministère de l’Intérieur : « cette information est dépourvue de tout fondement ». Pour le Business Standard, il n’y a aucune preuve de l’arrivée des 50 terroristes, le Financial Express reprenant les dénégations officielles de l’Italie.

S’il ne faut s’attendre à aucun démenti ou confirmation d’Interpol, l’information divulguée par The Guardian aura eu relativement peu de relais dans les medias français, à l’exception notable de Valeurs actuelles, du Figaro, RT, Les Inrocks, Le Midi libre et de LCI.

Les questions demeurent

La divulgation de cette information puis son démenti presque immédiat posent plusieurs questions :

– Quel intérêt aurait le quotidien britannique de sensibilité centre gauche, fondé en 1821, dont le site d’information est l’un des plus visités, à diffuser une « fake news » ? Le journal et son site internet prendraient-ils un virage « sensationnaliste » sur le tard ? La source annoncée, Interpol, bien que non confirmée par l’agence elle-même, ne serait-elle pas fiable ?

-Les Ministres de l’intérieur italien et tunisien ont démenti cette information. Pour ne pas trop inquiéter les opinions publiques ? Cette annonce de l’arrivée possible de clandestins en Italie s’inscrit néanmoins dans un contexte de frontières poreuses. Ainsi, L’Obs indiquait en août 2017 que «l’Italie a vu débarquer plus de 600 000 migrants depuis 2014, essentiellement passés par la Libye ». Des migrants qui sont des clandestins car entrés illégalement dans un pays européen, faut-il le rappeler.

– L’infiltration de terroristes dans le flux de migrants est un sujet sensible. Si l’implication dans les attentats de Paris et de Bruxelles de terroristes ayant gagné l’Europe en se mêlant aux flux de réfugiés est avérée, certains médias peuvent être freinés dans la divulgation des récentes informations, par peur de susciter un amalgame rapide. L’Obs n’affirmait-il pas en 2015 : « le chiffon rouge de prétendus terroristes cachés parmi les migrants ne dispose d’aucun véritable précédent ». Tout comme France Inter à la même époque qui stigmatisait « le fantasme de l’infiltration terroriste ». On sait ce qu’il est advenu de ces affirmations visionnaires…

– Dernier enjeu, ne pas créer une psychose au sein de la population. Ce type d’annonce n’est pas la première. Elle ne sera malheureusement pas la dernière. Elle nous laisse face à des interrogations et, pour reprendre un terme employé par LCI, une méfiance, dont l’avenir nous dira par la négative si elle était fondée…

Texte repris du site OJIM