La fronde des gardiens de prisons relance le débat sur l’incarcération

29/01/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Après l’agression d’un gardien de prison par un djihadiste à Vendin-le-Viel, 188 établissements pénitentiaires sont secoués par le premier grand mouvement social de l’année. Tandis que les syndicats réclament plus de moyens et de sécurité et que les négociations avec le ministère de la justice s’enlisent, 71% des français estiment que la situation actuelle de blocage est imputable au seul gouvernement.

La surpopulation carcérale tant décriée n’est pas le fruit du hasard.

Christian Jacob, député LR, rappelle sur LCI que le programme de 15 000 places de prison supplémentaires lancé par Nicolas Sarkozy a été arrêté par Hollande, sous la pression des dénonciateurs du « tout-carcéral ». Citons Adeline Hazan (contrôleuse générale des lieux de privation de liberté) : « Plus on créé de places de prison et plus on les remplit » ou encore Christiane Taubira : « le tout-carcéral augmente le nombre de récidives ».

Des pseudo-vérités qui ne sont pas partagées par Xavier Bébin de l’Institut pour la Justice.

Il fait remarquer que le nombre de places de prison en France est inférieur de moitié à la moyenne européenne. 100 000 délinquants condamnés sont en liberté faute de place. Enfin, selon David Thomson, journaliste français ayant fait l’objet de menaces de mort pour avoir enquêté sur les djihadistes français de retour de Syrie, et exilé aux Etats Unis, 50% des détenus terroristes déjà condamnés sont censés sortir de prison d’ici 2020.