Les Etats généraux de la bioéthique en ligne de mire de la Marche pour la Vie

26/01/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Les Etats généraux de la bioéthique étaient, dimanche dernier, un des enjeux principaux de la marche pour la vie. Un article de L’incorrect explique en effet que cette manifestation s’adressait à un double interlocuteur : le corps électoral d’une part, afin qu’un réel débat puisse s’instaurer sur l’avortement et le respect de la vie. Il est en effet considéré comme un sujet classé, comme le manifeste le très faible nombre d’élus et d’évêques présents dimanche dernier. Le deuxième interlocuteur est le manifestant lui-même, afin qu’il s’engage personnellement dans les Etats généraux de la bioéthique.

Quelles étaient les demandes des organisateurs de cette marche pour la vie envers les participants Marie ?

La marche pour la vie appelle ses sympathisants à être une minorité créative, afin d’avoir un poids politique réel. A l’opposé, une minorité de parlementaires fait pression pour que la législation sur la fin de vie évolue. Cette minorité souhaite faire passer la proposition de Caroline Fiat – député de la France Insoumise, rejetée par la Comission des affaires sociales de l’Assemblée, mais débattue en séance publique début février. Alors qu’un réel débat a eu lieu de 2012 à 2016 sur la fin de vie, menant à la loi Clayes Leonetti, Alliance Vita voit dans cette précipitation une volonté de passer outre les vrais enjeux de la fin de vie, en particulier celui de l’accompagnement des personnes. Ceci alors même que les décrets d’application n’ont été promulgués qu’en août dernier. Alliance Vita sera entendue devant le Conseil Économique Social et Environnemental le 29 janvier.

Mais les médias de masses n’ont pas pu s’empêcher de faire de la désinformation?

Absolument, deux anecdotes sur cette Marche pour la Vie. Tout d’abord la lettre du MRJC- Mouvement Rural Jeunesse Chrétienne – qui dénonce « le message de culpabilisation, d’intolérance et de haine porté lors de cette marche ». Ensuite, une apparemment erreur de l’AFP qui a titré à 17h15 « 1000 personnes à la marche pour la vie », avant de corriger en « 10 000 personnes » à 20h15.