Lutte contre l’immigration – Les paroles ne suffiront bientôt plus, par Jean-Gilles Malliarakis

Dans sa lettre politique du 10 janvier 2018 Laurent Joffrin, qui intitule son texte “Immigration : en marche à droite”, ironisait sur l’effroi que semblerait provoquer, chez les plus conformistes des macroniens, la fronde des quelques élus LREM confrontés aux projets restrictifs du gouvernement face aux étrangers illégaux et autres faux réfugiés abusifs.

Depuis, de jour en jour, le débat n’a cessé de se radicaliser.

D’un côté le gouvernement, et notamment le ministère de l’Intérieur confirment leur intention. Il s’agit notamment de ne pas donner trop d’espace politique à une opposition de droite.

Le parti de l’ordre et de l’identité se reconnaît en effet dans les propos d’un Philippe de Villiers, retiré de la vie politique, et d’autant plus incisif. Le 11 janvier sur BFM-TV il déclarait ainsi : “Je suis très inquiet pour mon pays car les Français vivent dans un sentiment de dépossession de leur territoire, de leur mémoire, de leur histoire et de leur identité”.

Et l’ancien président du conseil départemental de Vendée met alors en garde le chef de l’État : “C’est l’heure de vérité, du destin d’Emmanuel Macron. Ou bien il a rendez-vous avec l’Histoire, ou bien avec les histrions à la fin de son mandat. Pourquoi ? Il faut qu’il ose affronter avec courage, je pèse mes mots, le face à face angoissant sur notre territoire de deux populations. Une de plus en plus nombreuse et jeune, transplantée, et qui là où elle est transplantée voudrait continuer à vivre avec ses racines, son art de vivre, ses croyances, sa civilisation. Et une autre population, de moins en moins nombreuse, de plus en plus vieillissante, qui se coupe de ses racines. J’attends de lui qu’il préserve la survie de la France, c’est-à-dire la civilisation de la France”.

Et il résume ainsi son propos, que son interlocutrice du jour la très péremptoire Ruth Elkrief n’a guère l’occasion d’entendre et encore moins le désir de reprendre à son compte : “Il aura rendez-vous avec l’Histoire s’il affronte la question du Grand remplacement”. Malaise sur le plateau de télévision.

Tous les sondages démontrent que la grande majorité des Français s’accorde sur cette préoccupation, en rupture totale avec le discours dominant de la classe politique et des gros moyens de désinformation.

Car, de l’autre côté, on fait mine de considérer que seules les petites minorités, coupées du réel, vivant de subventions, ce qu’on appelle “les associations” étaient seules habilitées à négocier les projets de remise en ordre des pratiques migratoires.

L’idée, d’ailleurs fausse, qu’ils se sont fabriquée, de la charité est présentée comme obligatoire.

Or, en conclusion de sa fable Le Villageois et le Serpent, ce qu’on appelle la morale, La Fontaine nous avertissait pourtant déjà : Il est bon d’être charitable./ Mais envers qui ? c’est là le point. Quant aux ingrats il n’en est point / qui ne meure enfin misérable.

Pour toute une partie, sinon pour la totalité, de la classe politico-médiatique, surtout, surtout, surtout, il ne faut pas passer pour islamophobe. Ce mot ne veut rien dire, mais il vaut condamnation.

Dans un tel contexte, les paroles, les périphrases, les faux semblants ne serviront bientôt plus : il faudra reconduire à la frontière de leur choix les gens qui n’ont rien à faire en France et cela pourrait marquer le tournant du quinquennat.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent