Télé-Mélenchon a loupé son grand soir, par Caroline Parmentier

Lancement raté lundi soir malgré une grosse campagne de publicité des confrères pour Le Média, la télé plus à gauche que la télé, créée par l’ex-dircom de Jean-Luc Mélenchon, Sophia Chikirou et le psychanalyste des Insoumis, Gérard Miller.

On en avait entendu parler partout, sur les radios, les télés, dans la presse et de façon très amicale et complaisante avec des « bonne chance » de tout le monde, parfois assez narquois. La nouvelle web télé largement annoncée et saluée au nom du pluralisme (le pluralisme n’est toléré que s’il est de gauche et d’extrême gauche, on aurait aimé que TVLibertés ait droit à une telle rampe de lancement) a pourtant loupé son départ. Grosse déconvenue technique dès la première seconde. Nous voilà revenus aux temps de l’ORTF et de la télé de Tournesol. Pour tous les camarades assis dans leur salon en train de trinquer au « grand soir » de la nouvelle Pravda, impossible de visionner le programme sur le site lemediatv.fr. Ça commence bien…

Pour voir quelque chose, il fallait se connecter sur YouTube ou Facebook.

« Le 20 heures s’est échappé de la télé », déclare d’emblée la présentatrice Aude Rossigneux, avant de présenter les thèmes du Journal : l’inégalité salariale (la seule personne interrogée sera de la CGT), les récentes manifestations en Iran – « un presque printemps » – et les migrants en Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), là où des militants aident les réfugiés dans la région de la Roya. Révolutionnaire en effet ! Sur Le Media aussi, c’est tous les jours la Journée du bon Migrant.

Si la nouvelle web chaîne se défend d’être la télé de Mélenchon (bien que créée par ses plus proches soutiens), elle est en lien étroit avec la France Insoumise et se déclare dans l’opposition au gouvernement. « Sans surprise, la politique de Macron profitera aux plus riches », peut-on entendre au détour d’une étude selon laquelle les ménages aisés sont ceux qui bénéficient le plus de la politique du gouvernement actuel.

« Ce n’est pas le média des Insoumis », a affirmé Alexis Corbière, « ça va de Philippe Poutou à Arnaud Montebourg en passant par Noël Mamère » (dit comme ça c’est vrai que ça fait encore plus envie). Avant de préciser :

« Mais j’invite chacun à le financer. » Le Média est évidemment qualifié de « partisan » par les médias de Drahi, de Niels et de Dassault qui ont roulé à 90 % pour Emmanuel Macron pendant toute la campagne présidentielle sous couvert d’objectivité et d’impartialité.

Deuxième échec, le « 20 heures » du Média est sacrément austère à regarder. Sans reportage, avec quelques illustrations vidéo et photos, beaucoup de « têtes parlantes » et des longs tunnels de monologues. « L’impression de voir un bulletin radio filmé », déplore un téléspectateur.

Troisième déception, malgré une grosse retape médiatique, seulement 10 000 personnes (nombre partiel) ont suivi lundi soir le premier JT sur Facebook et YouTube. A titre de comparaison, TVLibertés dépasse les 100 000 vues quotidiennes. Sans aucune publicité des confrères de la grosse presse.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 17 janvier 2018