« One Planet Summit » : Macron fait son show, par Franck Delétraz

Dans le prolongement de son ridicule – mais très médiatique – « Make our planet great again », Macron organisait mardi à Boulogne-Billancourt le « One Planet Summit », raout des grands de ce monde visant à faire avancer la lutte contre le prétendu réchauffement climatique. Un sommet qui, côté mesures, a accouché d’une souris, mais a en revanche permis au mégalomane de l’Elysée de se donner, l’espace d’une journée, un semblant de stature internationale.

Macron se met en scène

Posant fièrement aux côtés d’une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement, paradant au milieu des principaux acteurs financiers du globe, l’ex-employé de la Banque Rothschild était à coup sûr dans son élément. Et c’est face à ce parterre doré, excité par des chauffeurs de salle, que le Président, arpentant selon une chorégraphie bien huilée « La Scène musicale », espace culturel bâti sur les ruines des usines Renault où s’échinaient jadis des « prolos », a alors interpellé la communauté internationale.

Martelant que l’« on ne va pas assez vite », que l’augmentation des températures pourrait aller jusqu’à « 3,5 degrés » ou encore que l’« on est en train de perdre la bataille », Macron a même averti ses auditeurs que « cinq, dix, quinze » des chefs d’Etat présents seront bientôt dans l’incapacité de représenter leur pays !

Un discours catastrophiste repris en chœur par les intervenants successifs qui, tous ou presque, ont condamné la décision de Trump de se retirer de l’accord de Paris. En se gardant bien toutefois de souligner la faible représentation de la Chine, pourtant premier pollueur de la planète…

Beaucoup de paillettes et peu de mesures

Quoi qu’il en soit, il ne sera pas sorti grand-chose de cette « bousculade » de bonnes intentions : pas plus d’une douzaine de mesures, dont un bon nombre ont d’ailleurs déjà été mises en œuvre. Ainsi Theresa May, Katrin Jakobsdottir ou Mark Rutte, chefs des gouvernements britannique, islandais et néerlandais, n’ont-ils fait que répéter des engagements déjà pris. Tout comme le mexicain Enrique Peña Neto qui, répétant son intention de créer un marché carbone étendu sur le continent américain, a « omis » de préciser quel sera le prix du carbone moyen dans ce projet, élément pourtant nécessaire pour garantir le succès de l’initiative…

Franck Delétraz

Article paru dans Présent daté du 13 décembre 2017